Hier à Saint Félix

hier, c’était les puces des couturières à Saint Félix. C’était ma seconde participation, l’occasion de vider ses placards et armoires de tissus que l’on a travaillé et un peu trop vu, de mercerie que l’on garde « au cas où » depuis des lustres mais qui ferait le bonheur des autres, de proposer nos créations pour donner des idées à d’autres bidouilleuses… bref, une ambiance bon enfant, chaleureuse, tendre, amicale, … le tout animé par une retraitée de choc et de charme comme on n’en fait plus qui se donne à une bonne cause. Que dire de son accueil ! chaque exposant a eu droit à un petit déjeuner offert par elle. Son sourire et ses yeux pétillants de gentillesse nous ont ravis toute la journée. Promis, je reviens l’an prochain. Mon seul souci aux puces des couturières c’est tout de même de repartir avec d’autres « trésors » …. j’ai déniché de la laine bouillie, des boutons assortis, un livre (sur le concept textile contemporain), un autre tissu WAX, des chutes de tissus japonais …. ah, j’allais oublier….. l’une des visiteuses s’arréte devant mon stand. Regarde mes tissus, mes kilométres de dentelles, et tombe en arret devant mes pochons chinois. Elle me dit : je suis abonnée à un petit blog de couture et je crois bien que j’ai vu ce modèle … je ne sais pas si vous connaissez, c’est « tissusetrecup », sympa le petit blog ». Je ne sais pas laquelle de nous deux a été la plus surprise ? moi en l’entendant évoquer mon blog ou elle apprenant que j’en suis l’auteur !

Publicités

Un gros coup de coeur

20190327_121754

Mes pas me conduisent dans toute la France en ce moment. Et je suis depuis hier à Arras. Le hasard veut que je me proméne un peu autour de la place des héros à la recherche d’un restaurant au moment du marché. Mon chemin croise l’étal d’un marchand de tissu. Je me rapproche bien sur. Et je tombe en amour devant les wax exposés …. inutile de vous dire que j’en ai acheté un .. le bleu en haut de la photo. Quand au vendeur de tissus … une femme charmante, amoureuse de son métier, de ses tissus. Elle a un gout très sur dans ses achats : des wax sublimes, des tissus japonisants chics, …. j’ai eu un vrai coup de cœur. vivement que je retourne à Arras pour dénicher d’autres merveilles !

« Chez Machine » … un trésor

« Chez Machine » est une jolie boutique à Annecy. On y vend des machines à coudre, des surjeteuses, des tissus, on vient y pêcher des bonnes idées, des sourires, des conseils et on repart avec un sourire large comme çà devant la bonne humeur des deux patrons des lieux. Mais cet article n’est pas dédiée à la vendeuse (toute dynamique et experte qu’elle soit), il est dédié à son conjoint. Il est ce que l’on peut nommer avec beaucoup de respect et d’humilité « l’homme de l’art ». Il répare, observe, régle, analyse toutes les machines de la plus ancienne à la plus moderne. De la machine à coudre de mon arrière grand mére à ma surjeteuse … justement, puisqu’on en parle …. ma surjeteuse …. j’ai fait l’erreur de vouloir lui faire surjeter une épaisseur de matelassage (ce que rien n’interdit dans le mode d’emploi du fabricant d’ailleurs). Et bien sûr, elle n’a pas du tout apprécié et … rideau !

donc, elle est restée se faire bichonner pendant 4 mois « chez machine », dans les mains expertes de l’homme de l’art qui a failli en perdre son latin. Régulièrement, il m’a donné des nouvelles de mon appareil et régulièrement me faisait part de ses doutes, de ses recherches, de son incompréhension « mais pourquoi elle ne veut toujours pas faire les boucles …? » Vous pourriez me dire « 4 mois pour réparer … pas au top l’artisan! » et bien, j’ai pensé tout le contraire et je lui ai donné toute ma confiance, simplement parce que je savais qu’il avait à cœur de comprendre les défauts de la machine, de la réparer, de la régler comme si elle était la plus belle des mécaniques. Il aurait pu, comme certains pourraient le faire, me dire « elle est foutue, faut en acheter une autre » et bien, non, il a passé du temps et encore du temps, il l’a démontée, nettoyée, réglée encore et encore jusqu’à ce qu’il puisse me dire « elle est prête »

alors si vous cherchez l’homme aux mains d’or pour entretenir vos machines … il est « chez machine » à annecy

éco responsables ??

Pour ma culture personnelle, je m’étais intéressée aux conditions de cueillette et de récolte des fibres naturelles, des conditions de travail des couturières dans certains pays, du travail des enfants dans le textile … et là, je viens d’apprendre que l’industrie textile est la seconde industrie la plus polluante au monde. Pesticides et herbicides pour faire pousser cotons, lins, chanvres, …. Rejet douteux dans la nature pour les textiles issus de la pétrochimie tels que polaires, acryliques, … sans compter la transformation des fibres en tissus, de la confection, de la teinture, ……

Tout comme je me suis intéressée à certains labels certifiant l’absence de travail des enfants et les bonnes conditions de travail des ouvriers textiles (et il y a à dire….) je me suis documentée sur les labels récemment créés sur le recyclage des textiles. Déception …. la plupart des labels et certificats que j’ai trouvé montrent simplement que les nouveaux vêtements ont été élaborés à partir des fibres d’autres vêtements. Donc, on ne recycle pas, on transforme. On déchiquète les fibres par des moyens industriels pour les tisser à nouveau, on refait un autre textile  … tout aussi polluant puisque fabriqué dans les mêmes usines. C’est un peu comme l’histoire de la bouteille en plastique transformée en pull polaire. Certes, la bouteille en plastique ne finit plus ses jours en pleine mer, mais pour autant, sa transformation est tout aussi polluante.

ce constat me laisse un goût amer,  j’ai juste l’impression que les consommateurs que nous sommes sont victimes des mensonges des industriels textiles en quête de belle image. Et pendant ce temps, l’industrie textile reste l’une des plus polluante ….

Mon marché de Noël

noel18.jpg

Voilà, c’est fait …. trois jours à part sur le marché de Noël de Rumilly…. Trois jours cela peut être long ou très (trop) court et ce fut trop court …. Que je vous raconte !

Jeudi soir, chargement du véhicule avec Grand Sachem et Petit Loup… Bien sur, j’ai supervisé la manœuvre « on prend çà, non pas çà, attend, je vérifie, … »

Vendredi Matin, 8H départ sur le marché de Noël, déchargement, décoration du chalet, mise en place des tréteaux, installation du stand, on aide les voisins « t’as pas un marteau ?? …Il te reste des clous ?? ….. » il est 11H30, et si on prenait un café ??

Mon amie Nadège apporte café et sourires …. tout ceci est le bienvenu. Grand Sachem repart, j’avale un sandwich, je rencontre quelques habitués qui cherchent « mes » nouveautés, on partage un gateau, un sourire, un mot gentil … Tiens la nuit tombe,  je n’ai pas vu le temps passer … et ma voisine Fanny de EIFFER, maroquiniére de talent qui m’envoie des clients, je lui envoie des clients aussi. 20H, il est temps de ranger. Grand Sachem et Petit Loup viennent m’aider.

Samedi matin, 8H on réouvre le chalet, il pleut, et on s’en moque. La journée est belle de rencontres. Pascal, un collégue et son épouse sont venus me faire un coucou. Des voisins viennent pour me saluer et m’annoncer une future naissance. Une cliente habituelle partage un café et cherche activement tout ce que j’ai pu créer dans les tons vert.  20H, on range en famille.

Dimanche 9H, allez, dernier jour, les pieds sont fatigués, la luminosité me donne mal à la tête et je vois Eddy, un copain et son épouse qui ont fait plus de 100 km juste pour me dire « bonjour ». le temps file vite et la pluie tombe toujours. Tout va bien. Tiens, Pacal revient me voir … pour m’apporter des truffes faites « maison » par son épouse …un vrai délice. Fanny partage une tartiflette, on partage un vin chaud. L’édition 2018 est réussie.

Un grand merci à tous ceux qui sont passés me voir, pour un « bonjour », un sourire, une banalité, … Un grand merci à mes collègues et copains. et puis….. je serai bien ingrate si je ne remerciais pas le comité des fêtes de Rumilly. Il y a Eddy, son président (ce n’est pas le même Eddy ….), il y a la pétillante, charmante, adorable Brigitte qui nous a fait une soupe à l’oignon chaude, fondante, parfumée, et … et il y a toute une équipe de bénévoles qui oeuvre dans l’ombre pour que chaque exposant se sente bien. Ils sont venus de stands en stands toute la journée, ne comptant ni leurs heures ni les sourires, pour nous encourager, nous demander si tout se passait bien. Il pleuvait, la température chutait mais peu importe il y avait beaucoup beaucoup de chaleur humaine …. et que c’est bon !

 

Petite liste de mes projets en cours ….

oui, je sais, je ne suis pas très présente en ce moment … mais c’est que je travaille à fond !!!!

1/ édition de mon premier roman … qui ne parle pas de couture, mais de mon cancer et du monde médical avec les patients, les médecins, les soignants …. le tout avec humour et un rien de dérision

2/ couture de mes sacs en voile de bateau, je dois en faire deux pour avoir mon stock prêt pour Noêl

3/ réalisation de ma jupe en cravates. Vous aviez vu le prototype … la « vraie » jupe arrive !!

4/ réalisation d’un autre sac en voile de bateau, pour ma maman. Mais un peu différent, en forme de sac seau

5/ réalisation de mon  nouveau sac ordinateur. Ce sera un sac besace qui me servira également de sac à main. Comme je vais avoir à me déplacer pas mal en train et en avion ces prochains mois, je ne veux pas m’encombrer et de mon sac à main et de mon sac ordinateur et de ma valise donc … je fais un deux en un !

6/ préparation de mon marché de Noêl !! et oui, je reviens les 7 8 9 décembre sur le marché de Noêl de Rumilly, en Haute Savoie. J’y exposerai toutes mes nouveautés : les sacs en voile de bateau bien sûr, mais aussi des doudous lapin, des couvertures pour bébé à mettre dans les poussettes, des pochettes, …. bref, un joli moment en perspective sous le signe des sourires, du partage, de la convivialité, …. j’adore !

 

 

 

Ma jeannette

JEANNETTE

Je vous ai déjà expliqué que le meilleur ami de la couturière était son fer à repasser. Et qui dit « fer » dit aussi « table à repasser ». Que vous la choisissiez large ou non, à molleton épais ou non, cela dépend de vos envies en terme de repassage et de tenue des matières. par contre, je vous livre deux astuces. La hauteur de la table est extrêmement importante. En effet, en fonction du réglage que vous allez choisir, vous plierez plus ou moins votre bras pour repasser et vous supporterez plus ou moins le poids du fer. Ma première astuce consiste à régler la table de façon à ce que  votre bras soit presque tendu devant vous. Vous constaterez que la table sera réglée presque à la hauteur de vos hanches. Cela vous permet de ne pas porter le poids du fer ni de trop plier le bras et donc de fatiguer. Et pour la seconde astuce, vous avez déjà la photo de ma jeannette !!! Une jeannette est ESSENTIELLE quand on coud. Les tables à repasser sont désormais vendues sans cet accessoire que l’on peut acheter à part. Et les jeannettes proposées ont des pieds articulés en métal donc sont peu stables. Les jeannettes servent à repasser les cols de chemise, les manches de chemises, les petits froufrous ….. et surtout quand on coud, elle permet de repasser les petites pièces fines. Je n’ai pas choisi les jeannettes modernes, instables, fabriquées en métal à la housse fine. J’ai préféré dénicher dans un Emmaus cette vieille jeannette en bois (pour 6 euros ….alors que les brocanteurs vous la propose pour 20/30 au bas mot !) Je l’ai déshabillée, nettoyée,cirée, rhabillée, remis un molleton propre et recouverte d’une chute de toile de lin ancien. L’intérêt d’avoir cette jeannette en bois est  que le bois absorbe l’humidité résiduelle du linge. De plus, son pied est large et assez lourd ce qui garanti sa stabilité.

alors, elle est belle ma jeannette, non ?