Ma jeannette

JEANNETTE

Je vous ai déjà expliqué que le meilleur ami de la couturière était son fer à repasser. Et qui dit « fer » dit aussi « table à repasser ». Que vous la choisissiez large ou non, à molleton épais ou non, cela dépend de vos envies en terme de repassage et de tenue des matières. par contre, je vous livre deux astuces. La hauteur de la table est extrêmement importante. En effet, en fonction du réglage que vous allez choisir, vous plierez plus ou moins votre bras pour repasser et vous supporterez plus ou moins le poids du fer. Ma première astuce consiste à régler la table de façon à ce que  votre bras soit presque tendu devant vous. Vous constaterez que la table sera réglée presque à la hauteur de vos hanches. Cela vous permet de ne pas porter le poids du fer ni de trop plier le bras et donc de fatiguer. Et pour la seconde astuce, vous avez déjà la photo de ma jeannette !!! Une jeannette est ESSENTIELLE quand on coud. Les tables à repasser sont désormais vendues sans cet accessoire que l’on peut acheter à part. Et les jeannettes proposées ont des pieds articulés en métal donc sont peu stables. Les jeannettes servent à repasser les cols de chemise, les manches de chemises, les petits froufrous ….. et surtout quand on coud, elle permet de repasser les petites pièces fines. Je n’ai pas choisi les jeannettes modernes, instables, fabriquées en métal à la housse fine. J’ai préféré dénicher dans un Emmaus cette vieille jeannette en bois (pour 6 euros ….alors que les brocanteurs vous la propose pour 20/30 au bas mot !) Je l’ai déshabillée, nettoyée,cirée, rhabillée, remis un molleton propre et recouverte d’une chute de toile de lin ancien. L’intérêt d’avoir cette jeannette en bois est  que le bois absorbe l’humidité résiduelle du linge. De plus, son pied est large et assez lourd ce qui garanti sa stabilité.

alors, elle est belle ma jeannette, non ?

Publicités

« Chez Ced »

D’habitude, lorsque je vous parle d’un « coup de cœur », je vous parle musée, tissu, création et couture ….. et bien, là, je vais vous parler cuisine et restaurant. Samedi soir, pour fêter un anniversaire et la fête des pères, nous sommes allées en famille dans un nouveau restaurant de Rumilly, rue du Pont Neuf, « chez Ced ». ce jeune cuisinier qui a travaillé dans de grandes maisons, s’est installé il y a deux mois seulement pour ouvrir son restaurant de plats traditionnels.

la carte comporte six plats, tous cuisinés « maison » et tous savoureux, simples, délicieux. Chaque semaine la carte change et Ced ne travaille que des produits frais et locaux. Au menu nous avions ou entrecôte, ou tournedos ou onglet ou rognons ou andouillette ou foie de veau. Oser mettre à la carte trois viandes et trois abats peut paraitre risqué mais une fois que l’on a goûté à cette cuisine traditionnelle ….. il y a à la fois une redécouverte des saveurs et aussi la transmission du goût et de la passion.

Faites un tour chez Ced, au hasard d’un voyage, d’une visite … rencontrez ce jeune homme dynamique et amoureux de son métier … une rencontre vraie, un instant à part …

braderie des commerçants ! RAVIE !!!!

ce samedi était la braderie des commerçants de Rumilly. J’étais installée avec EIFFER MAROQUINERIE (faites un petit tour sur Facebook pour admirer ses créations). Toute la journée, j’ai fait de jolies rencontres avec des curieux, des clients, .. j’ai pu parler couture, teinture, créativité, soie, lin et jersey …. le bonheur total pour la couturière bidouilleuse que je suis !

et en plus, nous avions à côté de nous Michel, un guitariste plein de joie de vivre avec qui nous avons chanté, dansé, rit, ….

bref, une journée sous le signe de la bonne humeur, du partage, de la convivialité …. merci Fanny et ses sœurs, à Michel et sa guitare, et à toutes ces belles personnes avec qui j’ai partagé un sourire, un thé, une astuce … j’ai bien envie de revenir l’an prochain !

 

 

épisode 1 : le pantalon sur mesure de Grand Sachem

J’ai envie de vous faire partager une aventure … celle de la réalisation d’un pantalon sur mesure pour homme. Je vous fais donc partager le début de cette saga.

Nous sommes allés en famille à la Japan Touch à Lyon . Au détour des allées, nous sommes tombés en admiration devant des pantalons de type hakama, pantalon japonais (mais si …. vous en avez déjà vu, Tom Cruise en portait dans le « dernier samouraï »). Je vous recommande d’aller voir le site de AIO CLOTHING, il y a des petites merveilles …..

Malheureusement, Grand Sachem étant « hors norme » … à mi chemin entre David Douillet et Lino Ventura, aucune taille ne lui correspondait. Germe alors dans mon esprit une envie un peu folle …. et si je lui réalisais ce fameux pantalon !

sitôt dit … presque cousu. Premiére étape, faire le patron du pantalon. Pour cela deux solutions, soit adapter un  patron existant, soit le créer totalement. Il est plus simple de créer un patron plutôt que de modifier un patron existant. Donc, j’ai sollicité mon amie Nadège qui m’a prété un petit trésor : un petit livre, du même type que mon « diable de petit livre » mais pour la couture des hommes !

je vous en donne donc la référence : la coupe à plat num 4, prêt à porter sur mesure pour hommes de Jacqueline Chiappetta aux éditions des presses du midi.

ce livre permet à partir de vos mesures de créer … TOUT : pantalons, chemises, blouson, vestes … tout devient possible. Et il y a mieux : c’est parfaitement bien expliqué et lisible !

j’ai donc construit mon patron de base et créé mon premier blanc que Grand Sachem a essayé. Nous l’avons critiqué ensemble … souci au niveau de la ceinture, souci sur les jambes, l’entrejambe ne convient pas … bref, un premier essai qui ressemble beaucoup au pantalon vu à la Japan Touch mais qui mérite d’être retravaillé.

à suivre (et la prochaine fois en images…)

Coup de cœur, le musée de Largorce

il y a un peu partout en France des petits trésors culturels. Le musée de Lagorce, en plein cœur de l’Ardèche en est un joli exemple. Niché dans un village magnifique, ce petit musée de deux salles présente les animaux produisant de la soie, de l’araignée au bombyx mori, et présente des »vrais » vers à soie et l’histoire de cette industrie locale aujourd’hui disparue.

si vos pas vous entrainent vers cette magnifique région, arrêtez vous à Lagorce et prenez le temps de discuter avec ses passionnés de la soie et de son histoire. Rencontrez ces personnes fantastiques qui sauront vous parler avec fascination de ce petit animal, le papillon bombyx mori, de son histoire, de sa croissance, de son élevage …

Je remercie les membres de ce musée qui ont su accueillir mes questions, mes curiosités et y répondre avec beaucoup d’attention. J’ai appris à cette occasion que notre petit vers à soie pouvait être tellement perturbé par la pollution qu’au lieu de faire un cocon bien ovale, il pouvait poser au sol toute sa soie en une sorte de « galette » de soie inutilisable pour le tissage. J’ai également appris qu’il existait des kit pédagogiques pour les écoles ou les particuliers désireux de faire grandir les vers et les voir tisser leur cocon … je pense d’ailleurs acheter un ce ces kits. Pour une trentaine d’euros, je pourrais « élever » Mes vers et les voir grandir et tisser leur cocon … je vous tiendrai au courant bien sur !!!!

et pendant ce temps, je continue à coudre !! mais je ne vous montrerai rien , c’est une surprise ! une de nos amies nous a convié à son anniversaire et il faut venir déguisé donc, …. je crée un déguisement pour Grand Sachem et un autre pour moi. Mais, comme cette amie suit mon blog et que je ne souhaite pas qu’elle sache en quoi nous serons déguisé … vous devrez attendre les photos !

rassurez vous, je vais bientôt me lancer dans d’autres projets …

 

Les puces des couturières

ce dimanche 8 avril a lieu à Saint Félix, Haute Savoie, la nouvelle édition des « puces des couturières ». Exposition de trésors oubliés dans les tiroirs de mercerie, de boutons, de fermeture éclair, …. mais aussi de petites créations en tricot, couture, crochet …..

bien évidement, je serai présente. Je mettrai en vente mes tissus dont je ne veux plus, mes galons inutilisés … et aussi quelques sacs de mes précédentes collections. Je serai accompagnée d’une amie couturière.

nous serons heureuses de vous y accueillir, d’autant que les puces des couturières sont organisées au nom d’une bonne cause. Au plaisir de vous y voir !