j’ai froid ………..

chauffe épauleoui, j’ai froid …. mon bureau n’a pas de chauffage en ce moment, et comme il est orienté plein nord ……

donc, j’ai froid …

j’ai remarqué également, le retour en force de la fourrure, des gilets en lapin avec des cols en renard, en raton laveur et bien évidemment, cela m’a donné une idée !

j’ai donc repris dans mes trésors des cols en fourrure (des « vieux » cols en fourrure datant des années 50), des bordures en fourrure qui ornait des capuches de blouson. Je n’avais jamais coupé de la fourrure … et c’est assez technique car il faut couper la peau, sans couper le poil !

j’ai fait des rectangles, assemblés les uns aux autres pour avoir un grand rectangle de fourrure plus large que mon dos. J’ai doublé la piéce, cousu à la main un col, puis posé deux bordures en fourrure noire que j’ai nouées pour en faire un cache épaule … Il y a comme un côté « viking » ou « games of thrones » …..

en tous cas, j’ai moins froid !

 

Publicités

11 cravates

j’adore les vide grenier … et je tombe sur un sac en plastique contenant plusieurs cravates que j’achète pour 1.5 euros.

j’ai une folle envie de me faire une jupe avec toutes ces cravates, mais je n’en n’ai pas assez … alors, je me fabrique …. un gilet !

j’ai utilisé 11 cravates. J’ai commencé par coudre bord à bord 5 cravates, puis une autre série de 5 cravates. J’ai posé l’attache ancienne en utilisant le « petit bout » d’une autre cravate. Puis, j’ai croisé dans le dos les deux séries de 5 cravates. J’ai fixé d’abord avec des épingles le haut et le bas des cravates du dos, puis j’ai plaqué les extrémités des cravates sur le devant du gilet et j’ai fixé avec des épingles. J’ai créé de la même façon les pinces de poitrine. Puis, j’ai cousu les pinces de poitrine à la machine et fixé à la main, pour que les points soient invisibles les côtés du gilet et le croisement du dos.

je porte ce gilet aujourd’hui et j’ai toutes les réactions … cela va de « génial » à « euh ….. j’aime pas » ! en tous cas, cela ne laisse pas indifférent !

 

 

 

 

 

 

Robe du soir transformable

j’aime les robes droites simples et j’en ai fait plusieurs. Mais pour Noel, et autres soirées, j’ai eu envie de me faire une robe « pas comme les autres » à partir d’un patron de robe droite classique. Dans mon patron classique, la robe avait des parmentures, mais n’était pas doublée, avait une fermeture éclair dans le dos et je l’ai posé sur le coté, avait un col rond (moche) que j’ai retravaillé.

j’ai crée la doublure de robe dans sa partie basse dans un satin bleu et dans la partie haute à partir d’une robe en taille 36 faite dans un tissu doré. J’ai travaillé le col pour le rendre plus profond et je lui ai dessiné ces triangles sur les côtés. comme j’aime les lignes pures, j’ai placé la fermeture éclair non pas dans le dos mais sur le côté et , parce que je ne suis pas douée pour poser des fermetures invisibles à la machine, je l’ai cousue à la main (et là, elle est vraiment invisible !)

mais ce n’est pas tout !

j’ai eu envie de faire une surjupe asymétrique amovible et réversible. Je vous donne mon astuce pour la réaliser.  vous mesurez votre tour de taille + 3 cm pour la couture et vous calculez le rayon de votre cercle. Pour un tour de taille de 90 cm, le rayon sera de 14.45 cm

la longueur avant de la surjupe sera de 30 cm et à l’arrière, en fonction de votre taille environ 100 cm

prenez votre tissu, et sa doublure, endroit contre endroit et pliez le dans le sens avant vers l’arrière de la surjupe. Marquez les 31.5 cm de la longueur devant (en comptant la marge de couture) Puis notez au crayon de couturière le diamètre du cercle de votre taille (dans mon exemple 14.45*2), puis 101.5 cm pour la longueur arrière.  donc les 31.5 + 14.45*2+101.5 donnent le diamètre du « grand cercle » de notre surjupe. Pliez encore en deux et encore en deux de façon à obtenir un quart de note grand cercle de base. Prenez un ruban, une épingle et piquez le centre du grand cercle. Attachez à l’autre bout du ruban un crayon de couturière de façon à tracer à la façon d’un grand compas un arc de cercle. Coupez le surplus de tissu et ré ouvrez votre quart de cercle pour découvrir à nouveau la moitié de votre surjupe. A l’aide d’un compas, tracez l’emplacement de votre taille.

et en prend les ciseaux ! pour évider la taille, pour couper en deux l’avant de la surjupe. On monte une ceinture à l’intérieur et à l’extérieur et puis on rassemble le dessus et dessous de la surjupe. On fait des boutonnières sur la surjupe (4) et à l’aide d’une patte qui peut être d’une autre couleur, on pose 4 boutons. ET … voili voilou !

donc, ma robe du soir devient un jouet !!! je la porte avec ou sans la surjupe que je peux mettre d’un côté ou de l’autre ….

et je peux porter la surjupe avec autre chose .. un pantalon noir, un jean, une petite jupe ….

bon, présenter la robe alors que je porte des chaussons, c’est moyen moyen … mais avec des talons aiguilles !

 

 

 

 

 

 

 

Un ensemble exotique

j’ai toujours été fascinée par ces boutiques qui présentent des tenues assorties superposées les unes aux autres … le pantalon, la robe, la sur robe, le gilet, le foulard … le tout dans des matières fluides, légères, avec des froufrous, des chichis de dentelles … cela donne un rien de suranné, un côté « David Hamilton est de retour » (les quarantenaires et cinquantenaires comprendront …). Bref, il y a longtemps que l’idée me trotte dans la tête de créer aussi ce type d’association de vêtement pour créer un ensemble décalé, un rien exotique.

bon, « yapluka » me lancer !

première étape, trouver le bon patron de base pour créer la robe et la sur robe

 

et comme souvent lorsque j’adapte en fonction de mes envies un patron de robe, je reprends celui ci qui m’a servi tant de fois, mais rarement comme il est écrit !

et c’est à partir du patron mac call 6102 que je me suis créé ….

ensemble

le pantalon en lin a été acheté 1 euro à la braderie de la Croix Rouge de Quiberon cet été. Il y avait encore son étiquette dessus …. la robe aux motifs de roue japonaise a été faite en copiant fidèlement le patron mac call. Mais pas du tout la sur robe !!!!!

j’ai modifié le col, la largeur du bas, j’ai coupé en deux le pan du devant pour créer une couture en arrondi me permettant d’insérer une poche, j’ai coupé le bas en forme de vague pour avoir les côtés plus longs que le dos et le devant …

mais avec quel tissu ai je donc fait la sur robe ??

mais avec des chemises d’homme, blanches, manches longues ! il en a fallu 4 pour réaliser le vêtement !

j’ai ouvert toutes les coutures, récupéré le maximum de tissu que je pouvais récupérer et j’ai associé les morceaux, comme un patchwork sans tenir compte du droit fil pour que le vêtement puisse bouger dans le temps au fil des lavages.

 

auriez vous reconnu les chemises si je ne l’avais pas dit ??

 

 

 

Mon ensemble « flower power »

je vous avais dit que nous avions une soirée avec des amis dont le théme est « flower power » … et donc il fallait bien que je peaufine mon ensemble. J’avais déjà la « pantajupe » et donc, j’ai fait en plus la tunique et le chapeau. J’aime bien le principe d’un pantajupe composé d’un pantacourt à l’entrejambe assez basse surmonté d’une jupe et le pantacourt et la jupe sont assemblés entre eux à la taille par une bande contenant un élastique.

flowerla tunique est assez simple à réaliser. elle est composée à la base de 4 rectangles : un dos, un devant, deux manches. La largeur du haut est celle de la largeur d’une épaule à l’autre. On marque le milieu des rectangles dos et devant et on enléve en biais 3CM de tissu entre le bord épaule et le milieu des rectangles pour marquer la ligne des épaules. On creuse le col dos et devant de la profondeur et largeur voulue.

j’ai réalisé une parmenture pour le col, mais on peut aussi poser un biais.

je me suis amusée également à couper le bas de la tunique pour que les cotés soient plus longs que le dos et le devant. Les cotés sont ouverts sur 10CM pour plus d’aisance.

j’ai repris mon patron de chapeau fétiche, à large bord que j’ai totalement doublé. J’ai posé un entoilage très épais sur le rebord intérieur et extérieur pour pouvoir relever les bords au gré de mes envies

je vais être honnête …. le total look « flower power » va être difficile à porter au quotidien …. mais je compte bien remettre ensemble le pantajupe et le chapeau !

 

La folie du « tissu ethnique »

avez vous vu ??? toutes ces boutiques qui proposent maintenant des chemises, des robes, des pantalons, des jupes dans des tissus dits ethniques et qui reprennent les codes et la couleur des tissus africains.

Les tisssus africains, j’adore cela. Mais j’aime le « vrai ». Il existe plusieurs types de tissus africains dont le bazin, en coton damassé, coloré, raide, parfois brillant ; le wax, dit « wax hollandais », en coton doit son nom au fait que le tissu ait été enduit de cire sur ces deux faces. On peut se demander pourquoi un tissu africain a un nom se rapportant à la Hollande ? Simplement parce que la Hollande s’est inspirée des motifs et couleurs traditionnels pour fabriquer des pièces de coton coloré en grande quantité.

J’utilise les wax pour créer des vêtements, des sacs, des nappes, …. et je me suis intéressée à cette nouvelle mode qui met en avant ces tissus traditionnels. J’avoue avoir été assez surprise de voir ce que les marchands de tissus nous proposent à titre de tissus africains : couleurs criardes, motifs informes, …

où est donc la poésie de ce tissu ?? regardez donc mes quelques photos de wax. Prenez la robe bleue, par exemple, elle a un grand motif comportant des cercles concentriques bleus et blancs, et une vague dans les mêmes couleurs. La robe verte a pour motif des volutes dans des dégradés de vert. Mon petit panneau fait de triangles de wax varié montre bien la finesse des motifs, la délicatesse des couleurs, la complexité des formes.

mettre à la mode des tissus venus du monde, d’accord, mais sans caricature, s’il vous plait !

d’ailleurs, je suis en train de me créer une robe uniquement en wax, sur fonds vert avec de grands papillons. Et ce vrai wax est bien plus poétique que les répliques actuelles.

alors si vous avez envie de réaliser pour vous même un petit « je ne sais quoi » en vrai wax … regardez les ventes de tissu africain sur internet, il y a de vrais spécialistes, allez dans les marchés du monde, … ou bien encore, rendez vous le 30 juin et 1/2 juillet au festival LAFI BALA à Chambéry ! on y trouve des merveilles

« Flower power » à fond les ballons !

Cet entête d’article est bien familier, certes, mais je vous explique pourquoi . Il était une fois trois couples d’amis : Petit Papoose et sa squaw, Bichette et Bichon, et bien évidemment, Froufrou et Grand Sachem. Et sur les 6 que nous sommes, 4 sont nés au mois de juin, donc … on va se faire un barbecue géant pour tous nos anniversaires, tous les six et juste parce que nous avons envie d’une soirée pas comme les autres, nous avons décidé d’un thème « Flower power, à fond les ballons » !

donc, nous devons avoir un total look à fleurs …. seulement voilà, Bichette n’a pas de vêtements à fleurs, donc, j’ai œuvré …..

tunique longue

j’ai créé une tunique longue toute simple avec des petites manchettes et comme j’avais peu de tissu, j’ai posé un biais blanc autour du col et non une parmenture. je n’avais pas assez de chutes pour faire un chapeau, mais j’ai fait une casquette et j’ai cousu un petit bouton blanc et vert en forme de fleur au dessus.

la tunique est tellement longue, qu’elle pourrait passer pour une robe courte !

et pour moi, me direz vous ?? j’avais déjà un « panta jupe » à fleurs et je me suis donc fait le haut et le chapeau assorti, … à suivre (et je vous laisse sur cette interrogation .. qu’est ce qu’un « panta jupe » ???)