de chemises en tunique

j’aime détourner, transformer, modifier, recycler … surtout j’aime utiliser des vêtements d’hommes pour les transformer  en vêtement pour femme ! c’est ce qui est arrivé à ces trois chemises, superbes, quasi neuves, mais … trop petites. La première chemise, coupée au niveau de la taille me sert à créer le corps de la tunique longue. J’ai modifié le col et enlevé les manches. La seconde a été coupée du haut de l’épaule gauche au bas du bras de l’épaule droite. Je l’ai posé « devant derrière » pour que la bande de boutonnage soit dans le dos. J’ai prélevé un morceau du dos de la troisiéme en forme de triangle pour donner au bas de la tunique une forme évasée. J’ai fait des manches avec les chutes de tissu, des passants, une ceinture longue, un biais pour le col. En trois heures pour 0 euros …. voici une tunique originale, toute neuve pour les beaux jours !

Publicités

de 3 à 1 …

Il était une fois, dans le fond d’une armoire, une petite veste en jean très structurée inspirée des vestes de chasse, une petite veste simili cuir courte, une petite robe en crêpe de soie …. et tout cela était dans le fond de l’armoire car le temps ayant passé, les vêtements étaient devenus trop petits. Seulement, quand on aime des vêtements, que l’on a porté encore et encore … on ne peut pas s’en séparer ! une solution, on appelle Froufrou à son secours !

En cinq heures, j’ai donc retravaillé ces trois pièces pour les transformer en une robe. J’ai coupé les manches de la veste en jean que j’ai remplacées par des manchettes réalisées dans les manches de la veste en cuir (que j’ai doublé, bien sûr). J’ai pris le devant de la veste en simili cuir pour le poser en plastron. J’ai passé à la surjeteuse la pièce coupée et je l’ai posée à la main pour coudre de façon invisible. J’ai créé un fond de robe pour la jupe dans un tissu satin noir et j’ai repris le crêpe de la robe que j’ai élargi en posant deux bandes de simili cuir en provenance de la veste. J’ai associé le fond de robe et le dessus en les montant sur un ruban de satin que j’ai également cousu à la main pour l’associer à la veste en jean de façon invisible.

cette petite robe sera portée avec un chemisier blanc … j’adore l’effet de superposition et surtout l’idée que ces vêtements qui dormaient vont maintenant avoir une seconde vie !

 

 

D’un 42 à un 6 ans.

voici un titre d’article bizarre .. et pourtant !!!

il était une fois, une « vieille » amie, Samantha, heureuse jeune maman (et à nouveau future maman) qui adore une chemise d’été manche longue à carreaux .. mais, mais, …. elle devient étroite. Donc Samantha me demande si je peux transformer sa chemise en robe pour sa fille, taille 6 ans !

mais oui, bien sur !

j’ai enlevé les manches longues, j’ai posé un col sous le premier col pour le refermer en utilisant le tissu des manches (je me suis même amusée à mettre des boutons en forme d’étoiles pour la petite star de six ans !). Avec ce qui restait de tissu, j’ai créé un petit volant que j’ai posé autour des emmanchures.

et voilà le résultat !

Mon prochain défi sera de faire plaisir en donnant une seconde vie à une petite robe noire, une veste en jean et une veste en simili cuir ….. à suivre !

 

D’un autre temps …

20171203_133047

J’ai donc termine ce week end ma nouvelle tenue victorienne. Celle ci est beaucoup plus proche que la précédente d’un costume historique car je l’ai faite à partir de mon « diable de petit livre »

20170425_073643

la chemise a été totalement doublée pour plus de confort. En effet, elle est baleinée sur le devant et dans le dos pour bien maintenir la tenue et je ne voulais pas avoir directement les baleines sur la peau. Donc, j’ai posé les baleines sur un ruban, lui même cousu à l’intérieur de la doublure. J’ai posé 14 petits boutons sur le devant et 3 par manchettes (cela occupe les soirées d’hiver …)

si le patronage de la chemise est bien détaillé sur mon petit livre, rien ne précise ni le montage ni la pose des baleines … et pourtant, à l’époque, il y en avait !

donc, j’ai du interpréter à partir d’images et de dessins de mode … pas simple

pour la jupe, ce fut pire !!! certes le petit livre nous parle de petite, moyenne et grande largeur pour le devant de la jupe, des largeurs pour les côtés de la jupe mais …. rien, strictement rien pour le dos de la jupe et rien sur le montage des poches (on sait juste qu’elles se positionnent à 3 cm de la taille ….)

donc, je me suis inspirée du modèle de robe pour interpréter comment réaliser la jupe et j’ai découvert que pour un tour de taille de 90, je me retrouvais avec une ampleur de jupe de 2.80m ….. donc, j’ai recherché comment créer des plus à l’arrière, sur les cotés (plis creux, plis plats …) et j’ai également interprété !

pour me remettre de mes émotions de chercheuse, j’ai réalisé un petit chapeau pour aller avec l’ensemble.

ouf, tenue terminée … enfin presque !

comme je souhaite porter ces vêtements lors d’une prochaine convention, je désire l’ornementer façon steampunk … allez en avant les accessoires futuristes, les ceintures ornées de rouages … un peu de bricolage en perspective donc.

cette tenue ne m’a quasiment rien couté : les tissus, je les avais déjà et la jupe est une vieille housse de couette rose et blanche que j’ai teinté de noir. J’ai donc juste acheté les 20 boutons pour 10 euros et la toile encollée pour consolider le chapeau (7 euros pour 50  cm) …

 

Robe du soir transformable

j’aime les robes droites simples et j’en ai fait plusieurs. Mais pour Noel, et autres soirées, j’ai eu envie de me faire une robe « pas comme les autres » à partir d’un patron de robe droite classique. Dans mon patron classique, la robe avait des parmentures, mais n’était pas doublée, avait une fermeture éclair dans le dos et je l’ai posé sur le coté, avait un col rond (moche) que j’ai retravaillé.

j’ai crée la doublure de robe dans sa partie basse dans un satin bleu et dans la partie haute à partir d’une robe en taille 36 faite dans un tissu doré. J’ai travaillé le col pour le rendre plus profond et je lui ai dessiné ces triangles sur les côtés. comme j’aime les lignes pures, j’ai placé la fermeture éclair non pas dans le dos mais sur le côté et , parce que je ne suis pas douée pour poser des fermetures invisibles à la machine, je l’ai cousue à la main (et là, elle est vraiment invisible !)

mais ce n’est pas tout !

j’ai eu envie de faire une surjupe asymétrique amovible et réversible. Je vous donne mon astuce pour la réaliser.  vous mesurez votre tour de taille + 3 cm pour la couture et vous calculez le rayon de votre cercle. Pour un tour de taille de 90 cm, le rayon sera de 14.45 cm

la longueur avant de la surjupe sera de 30 cm et à l’arrière, en fonction de votre taille environ 100 cm

prenez votre tissu, et sa doublure, endroit contre endroit et pliez le dans le sens avant vers l’arrière de la surjupe. Marquez les 31.5 cm de la longueur devant (en comptant la marge de couture) Puis notez au crayon de couturière le diamètre du cercle de votre taille (dans mon exemple 14.45*2), puis 101.5 cm pour la longueur arrière.  donc les 31.5 + 14.45*2+101.5 donnent le diamètre du « grand cercle » de notre surjupe. Pliez encore en deux et encore en deux de façon à obtenir un quart de note grand cercle de base. Prenez un ruban, une épingle et piquez le centre du grand cercle. Attachez à l’autre bout du ruban un crayon de couturière de façon à tracer à la façon d’un grand compas un arc de cercle. Coupez le surplus de tissu et ré ouvrez votre quart de cercle pour découvrir à nouveau la moitié de votre surjupe. A l’aide d’un compas, tracez l’emplacement de votre taille.

et en prend les ciseaux ! pour évider la taille, pour couper en deux l’avant de la surjupe. On monte une ceinture à l’intérieur et à l’extérieur et puis on rassemble le dessus et dessous de la surjupe. On fait des boutonnières sur la surjupe (4) et à l’aide d’une patte qui peut être d’une autre couleur, on pose 4 boutons. ET … voili voilou !

donc, ma robe du soir devient un jouet !!! je la porte avec ou sans la surjupe que je peux mettre d’un côté ou de l’autre ….

et je peux porter la surjupe avec autre chose .. un pantalon noir, un jean, une petite jupe ….

bon, présenter la robe alors que je porte des chaussons, c’est moyen moyen … mais avec des talons aiguilles !

 

 

 

 

 

 

 

Un ensemble exotique

j’ai toujours été fascinée par ces boutiques qui présentent des tenues assorties superposées les unes aux autres … le pantalon, la robe, la sur robe, le gilet, le foulard … le tout dans des matières fluides, légères, avec des froufrous, des chichis de dentelles … cela donne un rien de suranné, un côté « David Hamilton est de retour » (les quarantenaires et cinquantenaires comprendront …). Bref, il y a longtemps que l’idée me trotte dans la tête de créer aussi ce type d’association de vêtement pour créer un ensemble décalé, un rien exotique.

bon, « yapluka » me lancer !

première étape, trouver le bon patron de base pour créer la robe et la sur robe

 

et comme souvent lorsque j’adapte en fonction de mes envies un patron de robe, je reprends celui ci qui m’a servi tant de fois, mais rarement comme il est écrit !

et c’est à partir du patron mac call 6102 que je me suis créé ….

ensemble

le pantalon en lin a été acheté 1 euro à la braderie de la Croix Rouge de Quiberon cet été. Il y avait encore son étiquette dessus …. la robe aux motifs de roue japonaise a été faite en copiant fidèlement le patron mac call. Mais pas du tout la sur robe !!!!!

j’ai modifié le col, la largeur du bas, j’ai coupé en deux le pan du devant pour créer une couture en arrondi me permettant d’insérer une poche, j’ai coupé le bas en forme de vague pour avoir les côtés plus longs que le dos et le devant …

mais avec quel tissu ai je donc fait la sur robe ??

mais avec des chemises d’homme, blanches, manches longues ! il en a fallu 4 pour réaliser le vêtement !

j’ai ouvert toutes les coutures, récupéré le maximum de tissu que je pouvais récupérer et j’ai associé les morceaux, comme un patchwork sans tenir compte du droit fil pour que le vêtement puisse bouger dans le temps au fil des lavages.

 

auriez vous reconnu les chemises si je ne l’avais pas dit ??

 

 

 

Le « diable de petit livre » …

je vous ai présenté un petit livre de couture réalisé par une certaine Mlle E. GRAND’HOMME en 1884.

20170425_073643Ce petit livre est vraiment fascinant pour comprendre comment réaliser sur mesure son propre patron de robe, de chemise ….. façon 1884 bien sûr !

petit livre fascinant mais diabolique ! un petit extrait pour vous rendre compte de la chose : « les angles du rectangles sont ABCD. De A vers B porter un tiers de la mesure justificative plus 4 cm et tracer une parallèle à BD, marquer B1D1 (les 4c m ajoutés au tiers de la mesure justificative seront employés à la confection d’une contre pince dont le contenu sera de 5CM) …. »

et bien sur, les explications d’une robe se portent de la même façon pour le demi devant, le demi dos, le petit coté et les manches !

ce qui est extraordinaire également, c’est que dans ce petit livre, on a les explications pour les tracés, mais rien sur la façon de monter le vêtement !

j’ai voulu me lancer dans la confection d’une robe, mais je suis prudente … avant de le faire pour moi, dans l’idée de me créer une autre tenue steampunk, j’ai voulu tester en plus petit, sur une poupée.

j’avoue m’être bien torturée l’esprit …. mais j’ai réussi !

bebe

j’ai donc réalisé une robe comme le petit livre l’indique et j’ai même rajouté un bonnet également fait sur mesure. j’ai posé des boutons sur tout le devant de la robe mais je doute que cela soit réellement ainsi que les robes se portaient ! pour ma future robe, il faudra que je fasse quelques recherches.

mais je suis très fiére de moi, j’ai réussi à faire un patron sur mesure à partir d’un livre de couture historique.

amis (es) couturier (éres), essayez vous aussi de relever ce petit défi de vous plonger dans les méthodes d’autrefois !