Le « diable de petit livre » …

je vous ai présenté un petit livre de couture réalisé par une certaine Mlle E. GRAND’HOMME en 1884.

20170425_073643Ce petit livre est vraiment fascinant pour comprendre comment réaliser sur mesure son propre patron de robe, de chemise ….. façon 1884 bien sûr !

petit livre fascinant mais diabolique ! un petit extrait pour vous rendre compte de la chose : « les angles du rectangles sont ABCD. De A vers B porter un tiers de la mesure justificative plus 4 cm et tracer une parallèle à BD, marquer B1D1 (les 4c m ajoutés au tiers de la mesure justificative seront employés à la confection d’une contre pince dont le contenu sera de 5CM) …. »

et bien sur, les explications d’une robe se portent de la même façon pour le demi devant, le demi dos, le petit coté et les manches !

ce qui est extraordinaire également, c’est que dans ce petit livre, on a les explications pour les tracés, mais rien sur la façon de monter le vêtement !

j’ai voulu me lancer dans la confection d’une robe, mais je suis prudente … avant de le faire pour moi, dans l’idée de me créer une autre tenue steampunk, j’ai voulu tester en plus petit, sur une poupée.

j’avoue m’être bien torturée l’esprit …. mais j’ai réussi !

bebe

j’ai donc réalisé une robe comme le petit livre l’indique et j’ai même rajouté un bonnet également fait sur mesure. j’ai posé des boutons sur tout le devant de la robe mais je doute que cela soit réellement ainsi que les robes se portaient ! pour ma future robe, il faudra que je fasse quelques recherches.

mais je suis très fiére de moi, j’ai réussi à faire un patron sur mesure à partir d’un livre de couture historique.

amis (es) couturier (éres), essayez vous aussi de relever ce petit défi de vous plonger dans les méthodes d’autrefois !

 

 

ma robe « wax papillons »

quand je vous parle du wax, du vrai wax et de son élégance, je vous parle de ….

 

papillons

j’ai acheté ce coupon aux puces de couturières de Saint Félix, 3 euros et une fermeture éclair, 3 euros aussi ! donc pour 6 euros, j’ai une robe neuve en vrai wax hollandais. J’ai totalement craqué sur les papillons verts, leur délicatesse, le fonds moiré dans les jaunes et ocres …

le coupon acheté mesure « un pagne » , à savoir 1.10 M sur 3.20 M (il faut savoir qu’en Afrique, on ne mesure pas en mètres, pas en « pagne » !)

comme le tissu est coloré avec de gros motifs, j’ai cherché un patron de robe très simple. J’ai choisi un patron inspiré de la couture japonaise. Le haut de la robe est composé de deux morceaux, avec des pinces en bas du buste, deux manches, deux bas de manche et le bas est composé de deux pans, un devant et un dos. La fermeture éclair est posée sur le côté gauche de la robe.

ce wax a un motif figuratif très poétique. Mais il y en a tellement d’autres ! des figuratifs, de géométriques, des symboliques …. certes il existe des vrais wax avec des énormes motifs amusants : voitures, téléphones portables, …. et des couleurs vives. Mais nous sommes bien loin des simili tissus ethniques criards !

comment trouvez vous ma petite robe « papillon » ?

 

La folie du « tissu ethnique »

avez vous vu ??? toutes ces boutiques qui proposent maintenant des chemises, des robes, des pantalons, des jupes dans des tissus dits ethniques et qui reprennent les codes et la couleur des tissus africains.

Les tisssus africains, j’adore cela. Mais j’aime le « vrai ». Il existe plusieurs types de tissus africains dont le bazin, en coton damassé, coloré, raide, parfois brillant ; le wax, dit « wax hollandais », en coton doit son nom au fait que le tissu ait été enduit de cire sur ces deux faces. On peut se demander pourquoi un tissu africain a un nom se rapportant à la Hollande ? Simplement parce que la Hollande s’est inspirée des motifs et couleurs traditionnels pour fabriquer des pièces de coton coloré en grande quantité.

J’utilise les wax pour créer des vêtements, des sacs, des nappes, …. et je me suis intéressée à cette nouvelle mode qui met en avant ces tissus traditionnels. J’avoue avoir été assez surprise de voir ce que les marchands de tissus nous proposent à titre de tissus africains : couleurs criardes, motifs informes, …

où est donc la poésie de ce tissu ?? regardez donc mes quelques photos de wax. Prenez la robe bleue, par exemple, elle a un grand motif comportant des cercles concentriques bleus et blancs, et une vague dans les mêmes couleurs. La robe verte a pour motif des volutes dans des dégradés de vert. Mon petit panneau fait de triangles de wax varié montre bien la finesse des motifs, la délicatesse des couleurs, la complexité des formes.

mettre à la mode des tissus venus du monde, d’accord, mais sans caricature, s’il vous plait !

d’ailleurs, je suis en train de me créer une robe uniquement en wax, sur fonds vert avec de grands papillons. Et ce vrai wax est bien plus poétique que les répliques actuelles.

alors si vous avez envie de réaliser pour vous même un petit « je ne sais quoi » en vrai wax … regardez les ventes de tissu africain sur internet, il y a de vrais spécialistes, allez dans les marchés du monde, … ou bien encore, rendez vous le 30 juin et 1/2 juillet au festival LAFI BALA à Chambéry ! on y trouve des merveilles

Les robes de Bichette

20170604_184022

20170605_155151

deux robes au style très différents … la première, dans les rouges, est une robe droite qui comporte 4 pièces (tissus de chez Mondial Tissu, il existe aussi en vert) : dos, devant, manches. De coupe très droite et simple, cette robe est un patron Mac Call. Le patron explique qu’en une heure, vous avez votre robe .. c’est vrai avec des tissus comme le coton, le lin, mais avec cette soie … non, ce n’et pas en une heure ! le tissu fluide m’a donné un peu de mal mais j’ai eu beaucoup de plaisir à jouer en faisant une ceinture japonaise.

la seconde robe est issue des patrons japonais (tissu de chez Mondial Tissu) et elle est en lin. Pas de difficultés majeures pour cette robe en 4 pièces (dos, devant, cols) mais un petit regret … elle est présentée sans parmentures de manches … ce que je trouve affreux et j’ai bien peur qu’en posant mes parmentures, avec cette forme très arrondie, je n’ai pas bien réussi.

ces robes sont destinées à Bichette, ma grande copine sympa et délirante. Elle voulait des robes originales, pour elle, rien que pour elle … on a fait un petit tour chez le marchand de tissus et voilà ! parée pour l’été !

et elle m’a même offert deux coupons de tissus japonais dans les roses ….. et je rajoute donc dans ma liste des projets …. une robe longue d’été avec sa veste assortie et une ceinture japonaise … très KAWAI !

« Flower power » à fond les ballons !

Cet entête d’article est bien familier, certes, mais je vous explique pourquoi . Il était une fois trois couples d’amis : Petit Papoose et sa squaw, Bichette et Bichon, et bien évidemment, Froufrou et Grand Sachem. Et sur les 6 que nous sommes, 4 sont nés au mois de juin, donc … on va se faire un barbecue géant pour tous nos anniversaires, tous les six et juste parce que nous avons envie d’une soirée pas comme les autres, nous avons décidé d’un thème « Flower power, à fond les ballons » !

donc, nous devons avoir un total look à fleurs …. seulement voilà, Bichette n’a pas de vêtements à fleurs, donc, j’ai œuvré …..

tunique longue

j’ai créé une tunique longue toute simple avec des petites manchettes et comme j’avais peu de tissu, j’ai posé un biais blanc autour du col et non une parmenture. je n’avais pas assez de chutes pour faire un chapeau, mais j’ai fait une casquette et j’ai cousu un petit bouton blanc et vert en forme de fleur au dessus.

la tunique est tellement longue, qu’elle pourrait passer pour une robe courte !

et pour moi, me direz vous ?? j’avais déjà un « panta jupe » à fleurs et je me suis donc fait le haut et le chapeau assorti, … à suivre (et je vous laisse sur cette interrogation .. qu’est ce qu’un « panta jupe » ???)

 

 

 

 

il y a « couture » et « couture » !

20170425_073643

voici le diabolique petit livre de couture offert par mon amie Nadège. Oui, il est diabolique … pour les couturières d’aujourd’hui en tous cas !

quand nous voulons réaliser un vêtement, nous pouvons copier un vêtement existant (soit en le décousant, soit en prenant exactement les mesures et en les recopiant). Le plus souvent, on achète un patron de sa marque préférée, sur lequel tout est indiqué : tailles, mesures, montage, … et, en gros, « yapluka » couper le patron de soie, le reporter sur notre tissu et … ZOU, en avant la couture … facile !

mais là …. avec ce petit livre …. les vêtements sont faits sur mesure et avec des mesures que l’on a oublié (souvenons nous de la mesure « justificative » …), avec une construction très géométrique des patrons. Un devant de robe se dessine en rectangle ABCD, la mesure AB étant la longueur de la robe (buste + jupe), la mesure CD étant un tiers de la mesure justificative (noté C1D1) plus 56cm …. De plus, comme il s’agit d’un ouvrage de cours, et donc d’un support pour un professeur, les explications sont laconiques, concises et directes ….

Etant prudente et me doutant de possibles difficultés de compréhension des consignes données pour réaliser le patron sur mesure … je me suis lancée dans la confection d’une robe … pour une poupée ancienne.

j’ai donc pris toutes  les mesures de la poupée et j’ai commencé à tracer le patron. Et je me suis vite arrêtée !

certaines explications me sont totalement incompréhensibles et je tâtonne à interpréter ce que peut bien vouloir dire « la ligne F1D1 en juste parallèle », par exemple.

Oh, rassurons nous, je vais reprendre mon « petit livre » et je vais réussir à réaliser la robe de poupée. Il me suffit juste d’être au calme pendant quelques heures, devant mon papier kraft, ma calculette, mon équerre, mes crayons, mes règles et mes neurones !

bon, dans l’attente de ce grand moment (dont je ne manquerai pas de vous faire part ..) je retourne à mes sacs en cuir façon enveloppe, parce que ce patron là, çà y est, je le tiens, je l’ai créé, modifié, testé et approuvé !

comme quoi, il y a « couture » et « couture » !

 

 

ma robe … chemise

robe chemiseaprès avoir transformé les mouchoirs de mon grand père en tunique, il était logique que je m’attèle aux chemises de mon père !

cette robe a été faite avec trois chemises, une blanche, une jaune pale et une orangée. j’ai retiré toutes les poches de poitrine et j’en ai replacé deux sur la chemise qui me sert de haut de robe.j’ai coupé les manches longues pour en faire des manches trois quarts et j’ai retiré le col en faisant un col rond que j ‘ai orné d’un biais rose pale.

j’ai rétréci les cotés, fait des pinces de poitrine et hop … le haut de la robe est terminé !

dans les deux autres chemises, posées bien à plat, j’ai coupé un trapèze ayant pour milieu la bande de boutonnage. Le bas de la robe est donc constitué des deux dos et des deux devants. Je me suis amusée à associer les bandes de boutonnage  de la partie haute de la robe avec la partie basse et dans le dos, il y a aussi un devant de chemise, donc … bande de boutonnage !

comme les tissus sont de couleurs de bases différentes, j’ai procédé à une teinture grise, puis j’ai trempé le bas de la robe dans un bain de couleur bleue. J’ai donc obtenu un gris non uniforme sur la robe. Pour égailler le tout, j’ai cousu un ruban jaune en organza qui part d’une des poches de poitrine et qui fait tout le tour des morceaux de tissus pour finir à la couture de taille.

trois chemises pour une robe ! qu’en pensez vous ?