de 3 à 1 …

Il était une fois, dans le fond d’une armoire, une petite veste en jean très structurée inspirée des vestes de chasse, une petite veste simili cuir courte, une petite robe en crêpe de soie …. et tout cela était dans le fond de l’armoire car le temps ayant passé, les vêtements étaient devenus trop petits. Seulement, quand on aime des vêtements, que l’on a porté encore et encore … on ne peut pas s’en séparer ! une solution, on appelle Froufrou à son secours !

En cinq heures, j’ai donc retravaillé ces trois pièces pour les transformer en une robe. J’ai coupé les manches de la veste en jean que j’ai remplacées par des manchettes réalisées dans les manches de la veste en cuir (que j’ai doublé, bien sûr). J’ai pris le devant de la veste en simili cuir pour le poser en plastron. J’ai passé à la surjeteuse la pièce coupée et je l’ai posée à la main pour coudre de façon invisible. J’ai créé un fond de robe pour la jupe dans un tissu satin noir et j’ai repris le crêpe de la robe que j’ai élargi en posant deux bandes de simili cuir en provenance de la veste. J’ai associé le fond de robe et le dessus en les montant sur un ruban de satin que j’ai également cousu à la main pour l’associer à la veste en jean de façon invisible.

cette petite robe sera portée avec un chemisier blanc … j’adore l’effet de superposition et surtout l’idée que ces vêtements qui dormaient vont maintenant avoir une seconde vie !

 

 

Publicités

en toute élégance ….

souvenez vous, j’ai utilisé 11 cravates pour me réaliser un gilet. J’avais cousu l’une à coté de l’autre  deux fois 5 cravates pour les deux pans de devant et j’ai croisé les cravates assemblées dans le dos pour les coudre sur les côtés. je n’étais pas satisfaite de cet assemblage (image de droite). je trouvais le résultat lourd, massif et sans élégance. Donc, j’ai décousu l’assemblage jusqu’aux épaules, j’ai tissé les cravates et j’ai recousu les pans sur les côtés. Le résultat est plus souple, plus flatteur, plus léger (image de gauche). Même si je n’aime pas recommencer un travail terminé, j’avoue que le résultat est beaucoup plus joli que le projet initial.

 

Mon manteau « Pénélope »

manteau asymetriqueDepuis que j’ai vu le film « Pénélope », je révais d’avoir le manteau de l’héroïne ou du moins une inspiration de ce manteau car ce qui me plait est l’aspect asymétrique entre le dos et le devant, l’ampleur du bas du manteau. Je n’aime pas les manches évasées du « vrai » manteau de Pénélope, ni le col, ni le passepoil que je trouve trop présent. Bref, je voulais « le même manteau en pas pareil » !

…. Le pére Noêl m’a donc apporté le patron MAC CALL 6800 qui présente un manteau assez ressemblant …. mais … seulement ressemblant ! j’ai donc gardé le col officier du modèle B du manteau avec la longueur asymétrique du modèle D, tout en jouant sur les mesures du parton qui ne sont pas forcément les miennes ! J’ai du raccourcir les manches de plus de 10 CM …. La doublure est ce qui me restait d’une précédente réalisation, ma robe droite et ma surjupe

robe2

et je me suis amusée à modifier le bas de la doublure du manteau pour insérer les chutes du tissu noir fleuri pour faire un rappel avec les boutons fleuris (offerts par une amie, elle les a trouvé chez Cultura). La laine grise du manteau vient de Mondial Tissu (je n’avais pas en stock dans mes trésors ce type de tissus, donc, j’ai du acheter … mais si j’avais eu une couverture pour deux personnes de couleur unie .. j’aurai pu la réutiliser !). Lorsque j’ai cousu les boutons, j’ai pris soin de coudre un autre bouton derrière les boutons à fleurs. Cela me fait donc une épaisseur bouton/manteau/bouton. J’ai fait cela pour avoir un intérieur de manteau aussi joli que l’extérieur. Cette astuce permet de ne pas voir les fils de couture du bouton fleuri.

je n’ai pas eu de difficultés particulières pour réaliser le manteau. Par contre, j’ai bien noté qu’il était écrit « EASY » sur le devant du patron …..n’exagérons rien quand même … peu de difficultés, d’accord, mais « facile » ?? Il y a quelques points techniques exposé sur le patron qui peuvent rendre la chose compliquée comme la réalisation à la main de l’ourlet du bas du manteau en raison de la longueur et de sa forme. Pour simplifier cela, j’ai cousu tout le manteau à l’envers et je l’ai retourné par une ouverture laissée exprès entre la parmenture et la doublure sur le côté gauche. Le nombre de pièces composant le manteau est assez impressionnant : 6 pour le devant, 6 pour la doublure devant, 6 pour le dos, 6 pour la doublure dos, 4 pour les poches …. mais cela s’explique par la forme rétrécie à la taille du manteau puis élargie sur le bas qui impose des pièces à la forme particulière.

J’ai mis environ trois heures pour couper les pièces et six heures pour monter le manteau. Cela m’a couté uniquement l’achat de la laine grise, soit 40 euros. Il me reste quelques chutes dont j’ai prélevé une partie pour le réaliser une toque assortie !

 

 

 

j’ai froid ………..

chauffe épauleoui, j’ai froid …. mon bureau n’a pas de chauffage en ce moment, et comme il est orienté plein nord ……

donc, j’ai froid …

j’ai remarqué également, le retour en force de la fourrure, des gilets en lapin avec des cols en renard, en raton laveur et bien évidemment, cela m’a donné une idée !

j’ai donc repris dans mes trésors des cols en fourrure (des « vieux » cols en fourrure datant des années 50), des bordures en fourrure qui ornait des capuches de blouson. Je n’avais jamais coupé de la fourrure … et c’est assez technique car il faut couper la peau, sans couper le poil !

j’ai fait des rectangles, assemblés les uns aux autres pour avoir un grand rectangle de fourrure plus large que mon dos. J’ai doublé la piéce, cousu à la main un col, puis posé deux bordures en fourrure noire que j’ai nouées pour en faire un cache épaule … Il y a comme un côté « viking » ou « games of thrones » …..

en tous cas, j’ai moins froid !

 

11 cravates

j’adore les vide grenier … et je tombe sur un sac en plastique contenant plusieurs cravates que j’achète pour 1.5 euros.

j’ai une folle envie de me faire une jupe avec toutes ces cravates, mais je n’en n’ai pas assez … alors, je me fabrique …. un gilet !

j’ai utilisé 11 cravates. J’ai commencé par coudre bord à bord 5 cravates, puis une autre série de 5 cravates. J’ai posé l’attache ancienne en utilisant le « petit bout » d’une autre cravate. Puis, j’ai croisé dans le dos les deux séries de 5 cravates. J’ai fixé d’abord avec des épingles le haut et le bas des cravates du dos, puis j’ai plaqué les extrémités des cravates sur le devant du gilet et j’ai fixé avec des épingles. J’ai créé de la même façon les pinces de poitrine. Puis, j’ai cousu les pinces de poitrine à la machine et fixé à la main, pour que les points soient invisibles les côtés du gilet et le croisement du dos.

je porte ce gilet aujourd’hui et j’ai toutes les réactions … cela va de « génial » à « euh ….. j’aime pas » ! en tous cas, cela ne laisse pas indifférent !

 

 

 

 

 

 

« The North remembers »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

voilà, pendant que ma machine à coudre se refait une beauté chez mon réparateur, je me lance dans la confection du manteau elfique de ma fiche Grande Puce. et à partir d’une couverture polaire réversible, je lui ai taillé la forme du manteau et j’ai brodé le loup de la famille Stark et à l’intérieur pour cacher l’inverse de la broderie, j’ai brodé un autre morceau de tissu … alors, votre avis … est ce assez « Games of Thrones » ?

vert, vert, vert ….

aprés le mur végétal créé par ma Grande Puce, j’ai été prise d’une envie de « vert » … et dans mes trésors dormait un coupon de tissu vert tendre. Un coupon … non, ce n’est pas le terme exact.

Quand on veut acheter des tissus à prix trés raisonnable, surtout si ce sont des tissus « nobles », il y a une astuce : des coupons dits « fautés ». Des coupons avec des défauts ! et le défaut peut être de plusieurs ordres : souci de teinture, tache en plein milieu, fil de chaine cassé, …. ce coupon ci faisait parti des « fautés » et je l’ai acheté pour … quasi rien ! et quand, à la maison, j’ai déplié le coupon, j’ai compris pourquoi ! au beau milieu, une couture industrielle … ce n’était non pas un mais deux morceaux de tissus dont l’un comportait en plus un trou de 20 cm sur 20 cm …

j’ai quand même réussi à réaliser une veste de demi saison, totalement doublée (d’un tissu fleuri qui avait été un drap), avec un lien sur le côté

20160627_182217 quand à la jupe … vous avez reconnu le tissu ?? et oui, c’est ce qui me restait de

20160430_115604j’avais envie de « vert » ….

bon, maintenant, je vais passer à autre chose … la confection de mon costume victorien : corset, manteau, jupe …. il faut bien que je prépare la prochaine poly manga, non ??

Oui, je sais bien qu’elle se déroule en mars et que j’ai du temps… (mais j’ai tellement envie de refaire de la corsetterie !)