Un ensemble exotique

j’ai toujours été fascinée par ces boutiques qui présentent des tenues assorties superposées les unes aux autres … le pantalon, la robe, la sur robe, le gilet, le foulard … le tout dans des matières fluides, légères, avec des froufrous, des chichis de dentelles … cela donne un rien de suranné, un côté « David Hamilton est de retour » (les quarantenaires et cinquantenaires comprendront …). Bref, il y a longtemps que l’idée me trotte dans la tête de créer aussi ce type d’association de vêtement pour créer un ensemble décalé, un rien exotique.

bon, « yapluka » me lancer !

première étape, trouver le bon patron de base pour créer la robe et la sur robe

 

et comme souvent lorsque j’adapte en fonction de mes envies un patron de robe, je reprends celui ci qui m’a servi tant de fois, mais rarement comme il est écrit !

et c’est à partir du patron mac call 6102 que je me suis créé ….

ensemble

le pantalon en lin a été acheté 1 euro à la braderie de la Croix Rouge de Quiberon cet été. Il y avait encore son étiquette dessus …. la robe aux motifs de roue japonaise a été faite en copiant fidèlement le patron mac call. Mais pas du tout la sur robe !!!!!

j’ai modifié le col, la largeur du bas, j’ai coupé en deux le pan du devant pour créer une couture en arrondi me permettant d’insérer une poche, j’ai coupé le bas en forme de vague pour avoir les côtés plus longs que le dos et le devant …

mais avec quel tissu ai je donc fait la sur robe ??

mais avec des chemises d’homme, blanches, manches longues ! il en a fallu 4 pour réaliser le vêtement !

j’ai ouvert toutes les coutures, récupéré le maximum de tissu que je pouvais récupérer et j’ai associé les morceaux, comme un patchwork sans tenir compte du droit fil pour que le vêtement puisse bouger dans le temps au fil des lavages.

 

auriez vous reconnu les chemises si je ne l’avais pas dit ??

 

 

 

Publicités

un sac en chutes de wax

sac waxquand on fait de la couture, on se retrouve toujours avec une montagne de chutes de tissus que l’on garde .. au cas où …. et à force de garder les chutes et les petits bouts se pose inévitablement la question : mais que puis je en faire ??

et bien, j’en ai fait un sac !

j’ai sorti tous mes petits sacs de chutes, j’ai trié, j’ai fouiné … et j’ai ressorti mes petits bouts de wax. J’ai coupé des carrés de 4 cm sur 4 et d’autres 6 sur six que j’ai associé à la machine. J’ai dessiné la forme de base du sac, en arrondi sur du papier journal qui m’a servi de patron pour le dos, le devant, le rabat du sac. Dans un autre tissu, j’ai coupé une bande de 6 cm de large et de la longueur du coté de mon patron et j’ai découpé une autre bande pour réaliser la bandoulière de 1 mètre sur 10 cm.

j’ai coupé ensuite mon assemblage grâce à mon patron de base, j’ai réalisé mon montage .. et voilà un petit sac très tendance car le wax est à la mode en ce moment et qui m’a permis de recycler toutes mes chutes … enfin, celles de wax …

des carpes dans le jardin !

koinobori

Les koinobori (banderole de carpes) sont une tradition japonaise. Chaque année, lors de la fête des enfants, ces oriflammes décorent les jardins. Ils bougent dans les airs, comme des manches à air et sont confectionnés dans des tissus légers. Ils symbolisent la persévérance. je vous offre mon interprétation. Mes carpes ne flottent pas comme des banniéres, elles sont trop lourdes et n’ont pas d’espace ouvert à l’arriére. Peu importe, je les trouve jolies et j’aime quand elles se balancent au vent. Pour réaliser vos carpes, dessinez une forme allongée de poisson, rajoutez nageoires, ouies, yeux, …. et tous es détails qui vous semblent importants.

il vous suffit ensuite d’appliquer les piéces, de coudre le tout. La seule astuce pour maintenir la bouche du poisson ouverte est de poser une baleine à coudre en forme de cercle (j’utilise des baleines régilaine, mais il existe bien d’autres marques) ainsi qu’un ruban pour accrocher le poisson.

 

Le « diable de petit livre » …

je vous ai présenté un petit livre de couture réalisé par une certaine Mlle E. GRAND’HOMME en 1884.

20170425_073643Ce petit livre est vraiment fascinant pour comprendre comment réaliser sur mesure son propre patron de robe, de chemise ….. façon 1884 bien sûr !

petit livre fascinant mais diabolique ! un petit extrait pour vous rendre compte de la chose : « les angles du rectangles sont ABCD. De A vers B porter un tiers de la mesure justificative plus 4 cm et tracer une parallèle à BD, marquer B1D1 (les 4c m ajoutés au tiers de la mesure justificative seront employés à la confection d’une contre pince dont le contenu sera de 5CM) …. »

et bien sur, les explications d’une robe se portent de la même façon pour le demi devant, le demi dos, le petit coté et les manches !

ce qui est extraordinaire également, c’est que dans ce petit livre, on a les explications pour les tracés, mais rien sur la façon de monter le vêtement !

j’ai voulu me lancer dans la confection d’une robe, mais je suis prudente … avant de le faire pour moi, dans l’idée de me créer une autre tenue steampunk, j’ai voulu tester en plus petit, sur une poupée.

j’avoue m’être bien torturée l’esprit …. mais j’ai réussi !

bebe

j’ai donc réalisé une robe comme le petit livre l’indique et j’ai même rajouté un bonnet également fait sur mesure. j’ai posé des boutons sur tout le devant de la robe mais je doute que cela soit réellement ainsi que les robes se portaient ! pour ma future robe, il faudra que je fasse quelques recherches.

mais je suis très fiére de moi, j’ai réussi à faire un patron sur mesure à partir d’un livre de couture historique.

amis (es) couturier (éres), essayez vous aussi de relever ce petit défi de vous plonger dans les méthodes d’autrefois !

 

 

Mon ensemble « flower power »

je vous avais dit que nous avions une soirée avec des amis dont le théme est « flower power » … et donc il fallait bien que je peaufine mon ensemble. J’avais déjà la « pantajupe » et donc, j’ai fait en plus la tunique et le chapeau. J’aime bien le principe d’un pantajupe composé d’un pantacourt à l’entrejambe assez basse surmonté d’une jupe et le pantacourt et la jupe sont assemblés entre eux à la taille par une bande contenant un élastique.

flowerla tunique est assez simple à réaliser. elle est composée à la base de 4 rectangles : un dos, un devant, deux manches. La largeur du haut est celle de la largeur d’une épaule à l’autre. On marque le milieu des rectangles dos et devant et on enléve en biais 3CM de tissu entre le bord épaule et le milieu des rectangles pour marquer la ligne des épaules. On creuse le col dos et devant de la profondeur et largeur voulue.

j’ai réalisé une parmenture pour le col, mais on peut aussi poser un biais.

je me suis amusée également à couper le bas de la tunique pour que les cotés soient plus longs que le dos et le devant. Les cotés sont ouverts sur 10CM pour plus d’aisance.

j’ai repris mon patron de chapeau fétiche, à large bord que j’ai totalement doublé. J’ai posé un entoilage très épais sur le rebord intérieur et extérieur pour pouvoir relever les bords au gré de mes envies

je vais être honnête …. le total look « flower power » va être difficile à porter au quotidien …. mais je compte bien remettre ensemble le pantajupe et le chapeau !

 

cuir et toile de jute

20170611_174846

voici mes derniers sacs nés de ma série « cuir ». Je commençais à ne plus avoir assez de grands morceaux pour les assembler façon patchwork et j’ai donc eu l’envie … l’idée … la folie douce … de les associer à des chutes de toiles de jute.

le patron de base est le même que pour mes autres sacs cuir en forme d’enveloppe et ils sont également doublés. J’ai également posé un biais autour de la toile de jute et de la doublure avant de procéder au montage du sac.

je me suis amusée pour certains à incruster le cuir dans la toile de jute, pour d’autres à le travailler en surpiqure. Qu’en pensez vous ???

 

 

 

de la couture dans le jardin

20170614_183622

voici une vue de mon jardin, avec des jardinières faites en palettes recyclées (cela va plaire à Sylvie de Nogent !). Je me suis amusée à utiliser mes chutes de tissus en drapeaux pour mon jardin. J’ai coupé des triangles de 15CM*20CM, couture comprise. J’ai pris du biais et après avoir cousu mes triangles sur deux coutures, les avoir retourné et repassé, j’ai procédé à l’assemblage. J’ai laissé 30 cm de part et d’autre de biais pour attacher mes drapeaux, j’ai laissé un espace de 5cm entre chaque … un petit tour de machine à coudre … ZOU des drapeaux pour le jardin !

et maintenant mes tomates et salades vont grandir sous « mes » couleurs !