« Chez Machine » … un trésor

« Chez Machine » est une jolie boutique à Annecy. On y vend des machines à coudre, des surjeteuses, des tissus, on vient y pêcher des bonnes idées, des sourires, des conseils et on repart avec un sourire large comme çà devant la bonne humeur des deux patrons des lieux. Mais cet article n’est pas dédiée à la vendeuse (toute dynamique et experte qu’elle soit), il est dédié à son conjoint. Il est ce que l’on peut nommer avec beaucoup de respect et d’humilité « l’homme de l’art ». Il répare, observe, régle, analyse toutes les machines de la plus ancienne à la plus moderne. De la machine à coudre de mon arrière grand mére à ma surjeteuse … justement, puisqu’on en parle …. ma surjeteuse …. j’ai fait l’erreur de vouloir lui faire surjeter une épaisseur de matelassage (ce que rien n’interdit dans le mode d’emploi du fabricant d’ailleurs). Et bien sûr, elle n’a pas du tout apprécié et … rideau !

donc, elle est restée se faire bichonner pendant 4 mois « chez machine », dans les mains expertes de l’homme de l’art qui a failli en perdre son latin. Régulièrement, il m’a donné des nouvelles de mon appareil et régulièrement me faisait part de ses doutes, de ses recherches, de son incompréhension « mais pourquoi elle ne veut toujours pas faire les boucles …? » Vous pourriez me dire « 4 mois pour réparer … pas au top l’artisan! » et bien, j’ai pensé tout le contraire et je lui ai donné toute ma confiance, simplement parce que je savais qu’il avait à cœur de comprendre les défauts de la machine, de la réparer, de la régler comme si elle était la plus belle des mécaniques. Il aurait pu, comme certains pourraient le faire, me dire « elle est foutue, faut en acheter une autre » et bien, non, il a passé du temps et encore du temps, il l’a démontée, nettoyée, réglée encore et encore jusqu’à ce qu’il puisse me dire « elle est prête »

alors si vous cherchez l’homme aux mains d’or pour entretenir vos machines … il est « chez machine » à annecy

Publicités

Un cabas pour ordinateur

20190218_081457.jpg

J’avais envie de me faire un autre sac à main / sac ordinateur. J’ai choisi la forme cabas car l’évasement du sac est un gain de place pour glisser la prise de l’ordinateur, des documents, ….

j’ai réalisé deux poches appliquées extérieures, deux intérieures et lorsque je le porte en sac à dos, le croisement des lanières sur le haut du sac empêchent son ouverture. J’ai réalisé ce sac avec un skai imitation python et j’ai recouvert les angles d’un tissu noir à motif floraux blancs.

alors, vous préférez lequel .. le sac fait en voile de bateau ou celui ci ?

éco responsables ??

Pour ma culture personnelle, je m’étais intéressée aux conditions de cueillette et de récolte des fibres naturelles, des conditions de travail des couturières dans certains pays, du travail des enfants dans le textile … et là, je viens d’apprendre que l’industrie textile est la seconde industrie la plus polluante au monde. Pesticides et herbicides pour faire pousser cotons, lins, chanvres, …. Rejet douteux dans la nature pour les textiles issus de la pétrochimie tels que polaires, acryliques, … sans compter la transformation des fibres en tissus, de la confection, de la teinture, ……

Tout comme je me suis intéressée à certains labels certifiant l’absence de travail des enfants et les bonnes conditions de travail des ouvriers textiles (et il y a à dire….) je me suis documentée sur les labels récemment créés sur le recyclage des textiles. Déception …. la plupart des labels et certificats que j’ai trouvé montrent simplement que les nouveaux vêtements ont été élaborés à partir des fibres d’autres vêtements. Donc, on ne recycle pas, on transforme. On déchiquète les fibres par des moyens industriels pour les tisser à nouveau, on refait un autre textile  … tout aussi polluant puisque fabriqué dans les mêmes usines. C’est un peu comme l’histoire de la bouteille en plastique transformée en pull polaire. Certes, la bouteille en plastique ne finit plus ses jours en pleine mer, mais pour autant, sa transformation est tout aussi polluante.

ce constat me laisse un goût amer,  j’ai juste l’impression que les consommateurs que nous sommes sont victimes des mensonges des industriels textiles en quête de belle image. Et pendant ce temps, l’industrie textile reste l’une des plus polluante ….

des cravates ou un tablier ?

20190201_115351.jpg

et oui, j’ai osé !!!!! j’ai associé des cravates, j’ai doublé la piéce, j’ai mis des attaches et j’ai fait un tablier … il y a même une poche !

Si les cravates sont ma folie du moment, j’ai aussi beaucoup d’autres projets … chemises, tuniques, robes …..

à suivre ….

Une autre idée pour des cravates

capture

Les cravates … j’adore cela !!! j’en ai fait des sacs, un gilet, des jupes …. et puis j’ai eu envie de les détourner tout en gardant leur usage premier : être autour de notre cou. Je prends deux cravates, un tissu de fond, pour la doublure de la polaire et voilà ! je suis en train de créer des écharpes-cravates chaudes et élégantes. Le plus drôle est que certaines cravates sont moches … mais moches … à un point que l’on peut se demander à quel moment elles ont pu être à la mode. Et bizarrement, associées avec une autre cravate et un tissu de fond, elles deviennent chics ! (regardez donc la cravate fleurie de droite ….). Ce qui m’amuse encore plus dans cette création  est d’utiliser des tissus de fonds en provenance d’autres vêtements et de linge de lit. Le fond de la cravate de droite est une ancienne taie d’oreiller, au milieu, c’est un ancien jeans et à gauche la chute d’un sarouel en wax. Que pensez vous de mes écharpes-cravates ??

2019

voici une nouvelle année qui s’achève. Et une nouvelle s’annonce. Alors pour cette nouvelle année, pour cet « an tout neuf », je vous souhaite beaucoup de joie, de bonheur de santé et de fantaisies créatrices. Cette nouvelle année sera une année charnière pour moi …. nouveaux défis professionnels à relever, une dizaine à passer (j’aurai 50 ans en juin ….) et aussi et surtout de nouveaux projets de couture !

je suis en train de créer des écharpes un peu particulières … (chut, c’est encore à l’état de prototype ….), un manteau avec des restes de laine (je tricote, je tricote, …), je vais me faire une chemise avec un tissu magnifique en provenance directe du Japon (merci Elisabeth) et peut être même refaire quelques pochons en tissu plié … voilà, de jolis projets en perspective dont vous verrez bientôt les photos.

Mon marché de Noël

noel18.jpg

Voilà, c’est fait …. trois jours à part sur le marché de Noël de Rumilly…. Trois jours cela peut être long ou très (trop) court et ce fut trop court …. Que je vous raconte !

Jeudi soir, chargement du véhicule avec Grand Sachem et Petit Loup… Bien sur, j’ai supervisé la manœuvre « on prend çà, non pas çà, attend, je vérifie, … »

Vendredi Matin, 8H départ sur le marché de Noël, déchargement, décoration du chalet, mise en place des tréteaux, installation du stand, on aide les voisins « t’as pas un marteau ?? …Il te reste des clous ?? ….. » il est 11H30, et si on prenait un café ??

Mon amie Nadège apporte café et sourires …. tout ceci est le bienvenu. Grand Sachem repart, j’avale un sandwich, je rencontre quelques habitués qui cherchent « mes » nouveautés, on partage un gateau, un sourire, un mot gentil … Tiens la nuit tombe,  je n’ai pas vu le temps passer … et ma voisine Fanny de EIFFER, maroquiniére de talent qui m’envoie des clients, je lui envoie des clients aussi. 20H, il est temps de ranger. Grand Sachem et Petit Loup viennent m’aider.

Samedi matin, 8H on réouvre le chalet, il pleut, et on s’en moque. La journée est belle de rencontres. Pascal, un collégue et son épouse sont venus me faire un coucou. Des voisins viennent pour me saluer et m’annoncer une future naissance. Une cliente habituelle partage un café et cherche activement tout ce que j’ai pu créer dans les tons vert.  20H, on range en famille.

Dimanche 9H, allez, dernier jour, les pieds sont fatigués, la luminosité me donne mal à la tête et je vois Eddy, un copain et son épouse qui ont fait plus de 100 km juste pour me dire « bonjour ». le temps file vite et la pluie tombe toujours. Tout va bien. Tiens, Pacal revient me voir … pour m’apporter des truffes faites « maison » par son épouse …un vrai délice. Fanny partage une tartiflette, on partage un vin chaud. L’édition 2018 est réussie.

Un grand merci à tous ceux qui sont passés me voir, pour un « bonjour », un sourire, une banalité, … Un grand merci à mes collègues et copains. et puis….. je serai bien ingrate si je ne remerciais pas le comité des fêtes de Rumilly. Il y a Eddy, son président (ce n’est pas le même Eddy ….), il y a la pétillante, charmante, adorable Brigitte qui nous a fait une soupe à l’oignon chaude, fondante, parfumée, et … et il y a toute une équipe de bénévoles qui oeuvre dans l’ombre pour que chaque exposant se sente bien. Ils sont venus de stands en stands toute la journée, ne comptant ni leurs heures ni les sourires, pour nous encourager, nous demander si tout se passait bien. Il pleuvait, la température chutait mais peu importe il y avait beaucoup beaucoup de chaleur humaine …. et que c’est bon !