cot cot …. cocotte !

pouleau bureau, l’un de mes collègues note que les premiers frimas arrivent et ses poules commencent à avoir froid. En plaisantant, il me dit qu’il faudrait peut être que je fasse des vêtements pour ces petites bêtes …. une chute de tissu, un bout de galon fleuri, un morceau de ruban ….. et un essayage sur un sujet de décoration … la plaisanterie a beaucoup amusé mon collègue qui va garder cette petite robe pour les poupées de sa petite fille !

 

Publicités

j’ai froid ………..

chauffe épauleoui, j’ai froid …. mon bureau n’a pas de chauffage en ce moment, et comme il est orienté plein nord ……

donc, j’ai froid …

j’ai remarqué également, le retour en force de la fourrure, des gilets en lapin avec des cols en renard, en raton laveur et bien évidemment, cela m’a donné une idée !

j’ai donc repris dans mes trésors des cols en fourrure (des « vieux » cols en fourrure datant des années 50), des bordures en fourrure qui ornait des capuches de blouson. Je n’avais jamais coupé de la fourrure … et c’est assez technique car il faut couper la peau, sans couper le poil !

j’ai fait des rectangles, assemblés les uns aux autres pour avoir un grand rectangle de fourrure plus large que mon dos. J’ai doublé la piéce, cousu à la main un col, puis posé deux bordures en fourrure noire que j’ai nouées pour en faire un cache épaule … Il y a comme un côté « viking » ou « games of thrones » …..

en tous cas, j’ai moins froid !

 

11 cravates

j’adore les vide grenier … et je tombe sur un sac en plastique contenant plusieurs cravates que j’achète pour 1.5 euros.

j’ai une folle envie de me faire une jupe avec toutes ces cravates, mais je n’en n’ai pas assez … alors, je me fabrique …. un gilet !

j’ai utilisé 11 cravates. J’ai commencé par coudre bord à bord 5 cravates, puis une autre série de 5 cravates. J’ai posé l’attache ancienne en utilisant le « petit bout » d’une autre cravate. Puis, j’ai croisé dans le dos les deux séries de 5 cravates. J’ai fixé d’abord avec des épingles le haut et le bas des cravates du dos, puis j’ai plaqué les extrémités des cravates sur le devant du gilet et j’ai fixé avec des épingles. J’ai créé de la même façon les pinces de poitrine. Puis, j’ai cousu les pinces de poitrine à la machine et fixé à la main, pour que les points soient invisibles les côtés du gilet et le croisement du dos.

je porte ce gilet aujourd’hui et j’ai toutes les réactions … cela va de « génial » à « euh ….. j’aime pas » ! en tous cas, cela ne laisse pas indifférent !

 

 

 

 

 

 

Un sac en laine

je commence déjà à préparer Noel .. pour ma famille ! et heureusement que je m’y prends tôt car ma machine a décidé de faire des siennes et elle doit faire un tour chez le « docteur » …. . Le fil supérieur casse ou s’entortille dans la cannette, ou fait des « ratatas » immondes qui ont fait que là, franchement, ce n’est plus possible et il faut qu’elle « consulte » !

sac noel v

heureusement, j’ai réussi, après quelques galères, à finir ce sac …. toujours fait avec mon patron « enveloppe », il est composé d’une jambe de vieux jeans pour la bandoulière, et d’un pantajupe dont le pantalon (partie rayée) me sert à la fois de doublure et de rabat et dont la jupe (partie laine) me sert de la partie extérieure du sac.

bon, maintenant que ma machine est en attente de révision totale, je vais avoir le temps de patronner sur mesure pour Grande  Puce un pantalon taille haute ….

Un ensemble exotique

j’ai toujours été fascinée par ces boutiques qui présentent des tenues assorties superposées les unes aux autres … le pantalon, la robe, la sur robe, le gilet, le foulard … le tout dans des matières fluides, légères, avec des froufrous, des chichis de dentelles … cela donne un rien de suranné, un côté « David Hamilton est de retour » (les quarantenaires et cinquantenaires comprendront …). Bref, il y a longtemps que l’idée me trotte dans la tête de créer aussi ce type d’association de vêtement pour créer un ensemble décalé, un rien exotique.

bon, « yapluka » me lancer !

première étape, trouver le bon patron de base pour créer la robe et la sur robe

 

et comme souvent lorsque j’adapte en fonction de mes envies un patron de robe, je reprends celui ci qui m’a servi tant de fois, mais rarement comme il est écrit !

et c’est à partir du patron mac call 6102 que je me suis créé ….

ensemble

le pantalon en lin a été acheté 1 euro à la braderie de la Croix Rouge de Quiberon cet été. Il y avait encore son étiquette dessus …. la robe aux motifs de roue japonaise a été faite en copiant fidèlement le patron mac call. Mais pas du tout la sur robe !!!!!

j’ai modifié le col, la largeur du bas, j’ai coupé en deux le pan du devant pour créer une couture en arrondi me permettant d’insérer une poche, j’ai coupé le bas en forme de vague pour avoir les côtés plus longs que le dos et le devant …

mais avec quel tissu ai je donc fait la sur robe ??

mais avec des chemises d’homme, blanches, manches longues ! il en a fallu 4 pour réaliser le vêtement !

j’ai ouvert toutes les coutures, récupéré le maximum de tissu que je pouvais récupérer et j’ai associé les morceaux, comme un patchwork sans tenir compte du droit fil pour que le vêtement puisse bouger dans le temps au fil des lavages.

 

auriez vous reconnu les chemises si je ne l’avais pas dit ??

 

 

 

un sac en chutes de wax

sac waxquand on fait de la couture, on se retrouve toujours avec une montagne de chutes de tissus que l’on garde .. au cas où …. et à force de garder les chutes et les petits bouts se pose inévitablement la question : mais que puis je en faire ??

et bien, j’en ai fait un sac !

j’ai sorti tous mes petits sacs de chutes, j’ai trié, j’ai fouiné … et j’ai ressorti mes petits bouts de wax. J’ai coupé des carrés de 4 cm sur 4 et d’autres 6 sur six que j’ai associé à la machine. J’ai dessiné la forme de base du sac, en arrondi sur du papier journal qui m’a servi de patron pour le dos, le devant, le rabat du sac. Dans un autre tissu, j’ai coupé une bande de 6 cm de large et de la longueur du coté de mon patron et j’ai découpé une autre bande pour réaliser la bandoulière de 1 mètre sur 10 cm.

j’ai coupé ensuite mon assemblage grâce à mon patron de base, j’ai réalisé mon montage .. et voilà un petit sac très tendance car le wax est à la mode en ce moment et qui m’a permis de recycler toutes mes chutes … enfin, celles de wax …

des carpes dans le jardin !

koinobori

Les koinobori (banderole de carpes) sont une tradition japonaise. Chaque année, lors de la fête des enfants, ces oriflammes décorent les jardins. Ils bougent dans les airs, comme des manches à air et sont confectionnés dans des tissus légers. Ils symbolisent la persévérance. je vous offre mon interprétation. Mes carpes ne flottent pas comme des banniéres, elles sont trop lourdes et n’ont pas d’espace ouvert à l’arriére. Peu importe, je les trouve jolies et j’aime quand elles se balancent au vent. Pour réaliser vos carpes, dessinez une forme allongée de poisson, rajoutez nageoires, ouies, yeux, …. et tous es détails qui vous semblent importants.

il vous suffit ensuite d’appliquer les piéces, de coudre le tout. La seule astuce pour maintenir la bouche du poisson ouverte est de poser une baleine à coudre en forme de cercle (j’utilise des baleines régilaine, mais il existe bien d’autres marques) ainsi qu’un ruban pour accrocher le poisson.