Les petites boites en tissu plié

cube

je vous avais présenté ce sac en tissu plié, assez grand et comportant 4 petites poches par un jeu de couture et d’assemblage. J’ai réitéré ce patron pour créer en tissu provencal des petites boites …

20190316_174905

le principe de base est le même que pour le sac, je pars d’un carré constitué de deux tissus posés l’un sur l’autre et par un jeu de couture, je crée 4 poches que j’assemble par un petit point. On peut à convenance garder les pointes dressées ou bien les rabattre pour refermer la petite boite. A poser sans compter dans une salle de bain un salon, une console … à garnir de cotons, de savons, de pot pourri, de clés, de courrier, de sels de bain ….. comme on veut ! j’en ai même fait un tellement grand que la maman à qui je l’ai offert y range les couches de sa petite dernière !

j’ai adoré l’idée de marier une technique de type origami avec du tissu provençal …. c’est le mariage du sushi et de la ratatouille !

est ce que mes petites boites vous plaisent ??

 

 

Publicités

le cartable

20190310_153928

Ma grande Puce a passé le week end à la maison et naturellement, quand elle rentre, c’est programme « petits plats – repos – couture ». Elle avait eu un énorme coup de cœur pour ce simili cuir vieilli (Mondial Tissu) et elle a voulu se faire un sac d’inspiration cartable. Totalement doublé avec deux petites poches en relief, et une intérieure, passepoilé sur le contour des petites poches et sur l’avant du sac.

le patron de base n’a pas de difficultés particulières, mais le montage des poches en relief demande beaucoup de précisions ce qui explique le décalage au niveau du rabat entre le côté droit et gauche du sac. La pose du passepoil est assez simple mais le montage et la couture des angles courbes lui ont donné du fil à retordre car on ne peut pas poser d’épingles sur ce type de matiére, chaque trou se voit. Il faut donc poser des pinces (si vous n’en n’avez pas  de spécifiques, utilisez les pinces à linge) et cela « glisse » ….

je trouve que ce sac est réussi, élégant et pratique, pas vous ?

encore un sac !

sac ruban

et oui, encore un sac qui fait sac à main/sac ordinateur !

basé sur le même modèle que celui que j’avais fait en voile de bateau, en un peu plus grand, avec une poignée de type poignée de cartable.

ce sac a été fait à partir de tissus d’ameublement, des housses de fauteuil d’une marque suédoise. Les housses étaient usées à certains endroits donc je les ai changées et j’ai gardé le tissu et les fermetures éclair (l’esprit récup’, toujours ….). Les rubans décoratifs m’ont été offerts par des collègues. J’ai réalisé une poche sur le rabat, une devant et au dos du sac et deux poches intérieures.

comment vous expliquer à quel point ces sacs sont pratiques et esthétiques ! Je peux à la fois les porter en sac à dos ou à la main, comme celui ci , ou en bandouliére comme les deux autres. La seule difficulté pour réaliser ces sacs est de poser la fermeture éclair centrale car sous le rabat, il y a une fermeture éclair donc, même si le rabat n’est pas fermé avec les mousquetons, on ne peut pas prendre le contenu du sac.

mon conseil … poser la fermeture par étape. si vous donnez à votre sac une épaisseur de 6 cm, vous devez coudre une bande de tissu de part et d’autre de la fermeture de 4.5 cm prenant en compte la marge de couture et bien sur, cette bande doit être doublée. donc vous cousez en « sandwich » la bande, la fermeture, la doublure. Retournez la partie extérieure du sac, posez le rabat et cousez le, puis la bande avec la fermeture éclair (attention le montage se fait à l’envers, …. le zip doit regarder le fond du sac !et n’oubliez pas de laisser la fermeture éclair ouverte, sinon vous ne pourrez pas retourner le sac) et enfin la doublure (en prenant soin de laisser une ouverture dans le fond du sac sinon vous ne pourrez pas le retourner). Certes, cela multiplie les coutures mais cela permet de vérifier étape par étape que vous ne vous trompez pas dans le montage et que les coutures seront solides. Une fois toutes les coutures faites, on retourne le sac (et on a toujours l’impression dans cette phase de se retrouver avec une serpillière curieuse dans les mains, ..) on coud le fond du sac. bravo, vous avez posé une fermeture sur le haut de votre sac à rabat !

Une tunique en wax

20190223_170300 Mon amie Nadège, couturière compulsive et créative, a eu la gentillesse de m’offrir une chute de wax. Et bien sûr, j’ai totalement craqué devant la profondeur de la couleur jaune, l’éclatant bleu de ce tissu hors du commun. Le petit morceau offert n’était pas suffisant pour que je me fasse une tunique complète et je l’ai associé à un gris profond mettant en valeur ces couleurs riches. La petite touche couture …. regardez à l’intérieur de la manche, j’ai posé une parmenture de six cm de largeur et j’ai cousu le bord de la parmenture à la marge de couture des manches. inutile de vous préciser que si je suis tombée sous le charme de ce tissu, c’est aussi pour son motif … une machine à coudre !!!

et mes prochains projets me direz vous ?? dans l’ordre, un troisième sac à main / sac ordinateur (dans un tissu un peu spécial, vous verrez), une chemise avec un autre type de tissu venu d’ailleurs (un SAKURA, un vrai qui vient du japon), et une robe d’été façon années 50 dans un tissu provençal …. la couture, que du bonheur !

« Chez Machine » … un trésor

« Chez Machine » est une jolie boutique à Annecy. On y vend des machines à coudre, des surjeteuses, des tissus, on vient y pêcher des bonnes idées, des sourires, des conseils et on repart avec un sourire large comme çà devant la bonne humeur des deux patrons des lieux. Mais cet article n’est pas dédiée à la vendeuse (toute dynamique et experte qu’elle soit), il est dédié à son conjoint. Il est ce que l’on peut nommer avec beaucoup de respect et d’humilité « l’homme de l’art ». Il répare, observe, régle, analyse toutes les machines de la plus ancienne à la plus moderne. De la machine à coudre de mon arrière grand mére à ma surjeteuse … justement, puisqu’on en parle …. ma surjeteuse …. j’ai fait l’erreur de vouloir lui faire surjeter une épaisseur de matelassage (ce que rien n’interdit dans le mode d’emploi du fabricant d’ailleurs). Et bien sûr, elle n’a pas du tout apprécié et … rideau !

donc, elle est restée se faire bichonner pendant 4 mois « chez machine », dans les mains expertes de l’homme de l’art qui a failli en perdre son latin. Régulièrement, il m’a donné des nouvelles de mon appareil et régulièrement me faisait part de ses doutes, de ses recherches, de son incompréhension « mais pourquoi elle ne veut toujours pas faire les boucles …? » Vous pourriez me dire « 4 mois pour réparer … pas au top l’artisan! » et bien, j’ai pensé tout le contraire et je lui ai donné toute ma confiance, simplement parce que je savais qu’il avait à cœur de comprendre les défauts de la machine, de la réparer, de la régler comme si elle était la plus belle des mécaniques. Il aurait pu, comme certains pourraient le faire, me dire « elle est foutue, faut en acheter une autre » et bien, non, il a passé du temps et encore du temps, il l’a démontée, nettoyée, réglée encore et encore jusqu’à ce qu’il puisse me dire « elle est prête »

alors si vous cherchez l’homme aux mains d’or pour entretenir vos machines … il est « chez machine » à annecy

Une autre idée pour des cravates

capture

Les cravates … j’adore cela !!! j’en ai fait des sacs, un gilet, des jupes …. et puis j’ai eu envie de les détourner tout en gardant leur usage premier : être autour de notre cou. Je prends deux cravates, un tissu de fond, pour la doublure de la polaire et voilà ! je suis en train de créer des écharpes-cravates chaudes et élégantes. Le plus drôle est que certaines cravates sont moches … mais moches … à un point que l’on peut se demander à quel moment elles ont pu être à la mode. Et bizarrement, associées avec une autre cravate et un tissu de fond, elles deviennent chics ! (regardez donc la cravate fleurie de droite ….). Ce qui m’amuse encore plus dans cette création  est d’utiliser des tissus de fonds en provenance d’autres vêtements et de linge de lit. Le fond de la cravate de droite est une ancienne taie d’oreiller, au milieu, c’est un ancien jeans et à gauche la chute d’un sarouel en wax. Que pensez vous de mes écharpes-cravates ??

Ma « vraie » jupe en cravates

bonjour à tous !!!

 

je suis très très fière de vous montrer aujourd’hui ma « vraie » jupe en cravates !!!

souvenez vous, j’avais fait un prototype que j’ai porté à la braderie des commerçants

cravates jupe

cette jupe avait plusieurs défauts. J’avais ouvert les cravates, mais pas retiré la doublure des grandes pointes … cela baillait, ni entoilé les cravates …. cela godaille un peu … et réalisé une ceinture avec d’autres cravates … pas confortable … bref, un prototype c’est fait pour montrer ce qui ne va pas et ce qui va pour améliorer l’idée et la réalisation. Et pour améliorer … j’ai amélioré !

j’ai entoilé chaque cravate, tout surjeté (mais pas avec ma machine, elle fait un tour chez le « docteur »), j’ai retaillé le haut de chaque cravates pour que les 18 cravates assemblées aient la mesure de mon tour de taille, j’ai totalement doublé la jupe pour que l’on ne voit pas les coutures … et en plus c’est une « jupe qui tourne » !!!!

alors, ma super jupe en cravates … top ou pas ?????

 

et si vous voulez la voir en « vrai », rendez vous au marché de Noêl de Rumilly les 7 8 9 décembre ….. je la porterai, promis !

Ce diaporama nécessite JavaScript.