des pantalons ….

pantalons julie

Ma grande amie Samantha est maman d’une louloute de 6 ans. Le grand drame de la maman … les pantalons taille basse !!! elle n’en peut plus de voir sa fille se baisser, le pantalon descendre, la chemise remonter et découvrir le haut de la culotte. Et je  la comprends ! quel intérêt ont les professionnels du textile de faire des pantalons taille basse pour des petits !! (à moins d’une économie de bouts de chandelles … je n’ose y croire …) Mes propres enfants étant grands depuis un bon moment, je n’ai plus de patron pour les enfants .. un petit tour chez mon marchand de journaux … et j’ai acheté le dernier numéro de B Trendy. Coupes simples, élégantes, pratiques pour les garçons et les filles. Les modèles sont bien présentés, facilement transformables. Avec le même patron de pantalon, j’en ai fait 4 totalement différents !! un en jersey liberty avec des poches, un en jersey violet sans poches mais avec des bas élastiqués, deux jeans taillés dans les jeans de la maman dont un ouvert sur le coté (avec un galon longchamp … so chic) et l’autre avec une braguette et des poches comme ceux des « grands » (j’ai même récupéré les poches arriéres du jean de la maman pour le poser à l’arriére du pantalon de la petite louloute). J’ai même récupéré les ceintures des pantalons d’origine pour les reposer sur les petits pantalons. Bref … un patron, 4 pantalons, 0 dépenses et une maman … ravie !

 

Publicités

de chemises en tunique

j’aime détourner, transformer, modifier, recycler … surtout j’aime utiliser des vêtements d’hommes pour les transformer  en vêtement pour femme ! c’est ce qui est arrivé à ces trois chemises, superbes, quasi neuves, mais … trop petites. La première chemise, coupée au niveau de la taille me sert à créer le corps de la tunique longue. J’ai modifié le col et enlevé les manches. La seconde a été coupée du haut de l’épaule gauche au bas du bras de l’épaule droite. Je l’ai posé « devant derrière » pour que la bande de boutonnage soit dans le dos. J’ai prélevé un morceau du dos de la troisiéme en forme de triangle pour donner au bas de la tunique une forme évasée. J’ai fait des manches avec les chutes de tissu, des passants, une ceinture longue, un biais pour le col. En trois heures pour 0 euros …. voici une tunique originale, toute neuve pour les beaux jours !

Mon manteau « Pénélope »

manteau asymetriqueDepuis que j’ai vu le film « Pénélope », je révais d’avoir le manteau de l’héroïne ou du moins une inspiration de ce manteau car ce qui me plait est l’aspect asymétrique entre le dos et le devant, l’ampleur du bas du manteau. Je n’aime pas les manches évasées du « vrai » manteau de Pénélope, ni le col, ni le passepoil que je trouve trop présent. Bref, je voulais « le même manteau en pas pareil » !

…. Le pére Noêl m’a donc apporté le patron MAC CALL 6800 qui présente un manteau assez ressemblant …. mais … seulement ressemblant ! j’ai donc gardé le col officier du modèle B du manteau avec la longueur asymétrique du modèle D, tout en jouant sur les mesures du parton qui ne sont pas forcément les miennes ! J’ai du raccourcir les manches de plus de 10 CM …. La doublure est ce qui me restait d’une précédente réalisation, ma robe droite et ma surjupe

robe2

et je me suis amusée à modifier le bas de la doublure du manteau pour insérer les chutes du tissu noir fleuri pour faire un rappel avec les boutons fleuris (offerts par une amie, elle les a trouvé chez Cultura). La laine grise du manteau vient de Mondial Tissu (je n’avais pas en stock dans mes trésors ce type de tissus, donc, j’ai du acheter … mais si j’avais eu une couverture pour deux personnes de couleur unie .. j’aurai pu la réutiliser !). Lorsque j’ai cousu les boutons, j’ai pris soin de coudre un autre bouton derrière les boutons à fleurs. Cela me fait donc une épaisseur bouton/manteau/bouton. J’ai fait cela pour avoir un intérieur de manteau aussi joli que l’extérieur. Cette astuce permet de ne pas voir les fils de couture du bouton fleuri.

je n’ai pas eu de difficultés particulières pour réaliser le manteau. Par contre, j’ai bien noté qu’il était écrit « EASY » sur le devant du patron …..n’exagérons rien quand même … peu de difficultés, d’accord, mais « facile » ?? Il y a quelques points techniques exposé sur le patron qui peuvent rendre la chose compliquée comme la réalisation à la main de l’ourlet du bas du manteau en raison de la longueur et de sa forme. Pour simplifier cela, j’ai cousu tout le manteau à l’envers et je l’ai retourné par une ouverture laissée exprès entre la parmenture et la doublure sur le côté gauche. Le nombre de pièces composant le manteau est assez impressionnant : 6 pour le devant, 6 pour la doublure devant, 6 pour le dos, 6 pour la doublure dos, 4 pour les poches …. mais cela s’explique par la forme rétrécie à la taille du manteau puis élargie sur le bas qui impose des pièces à la forme particulière.

J’ai mis environ trois heures pour couper les pièces et six heures pour monter le manteau. Cela m’a couté uniquement l’achat de la laine grise, soit 40 euros. Il me reste quelques chutes dont j’ai prélevé une partie pour le réaliser une toque assortie !

 

 

 

Mes projets …..

et oui, j’ai toujours tout plein de projets en cours …..

1/ me faire mon manteau à partir du patron Mac Call 6800 que le Père Noël a glissé dans les chaussons …. j’ai en effet totalement flashé (ou comme disent nos amis québécois « je suis tombée en amour ») sur le manteau porté par l’actrice principale du film « Pénélope ». Un manteau superbe, au devant plus court que le dos et au col officier. Le seul patron que j’ai trouvé et qui ressemble à celui du film est le patron mac call … en le modifiant un peu ! Je vais le réaliser avec une laine grise et la doublure sera une soie mauve.

2/ me faire une copie de pantalon au devant boutonné. J’ai déniché au SITOA, l’entreprise de recyclage des déchets de ma commune qui organise chaque année une zone de gratuité, un pantalon extrêmement usé mais dont la forme me plait beaucoup. Je vais donc le démonter, prendre le patron et me le refaire avec un tissu neuf.

3/ jouer avec des chemises …. et oui, j’ai tout un stock de chemises totalement démontées dans des nuances blanches, roses, jaunes, … qui ne demandent qu’à se transformer en robe, pantalon et autres petits hauts amusants

4/ me faire une copie de robe … j’ai acheté il y a bien 15 ans une robe d’été au décolleté profond, à la taille princesse. Cette robe a « bien vécue », décolorée, abimée … et je garde depuis des années un tissu provençal bleu … je crois que le patron de la robe va bientôt rencontrer le tissu !

voilà tous mes petits projets …. et pour une fois, ils sont tous pour moi !

Taille haute !

taille haute

Une de mes amies couturière, créateur et particulièrement douée pour tous les arts textiles a donné à ma Grande Puce un pantalon taille haute, assez court, bas de jambe évasé. Grande Puce a adoré l’idée du pantalon taille haute mais préférait un pantalon long, étroit. J’ai donc modifié sur elle le pantalon initial, que j’ai décousu et puis … j’ai créé un premier patron papier. j’ai créé un « blanc » que Grande Puce a essayé, modifié le blanc, décousu, refait un patron papier, refait un blanc, … Bref au bout de 4 patrons papiers et « blancs », j’ai fini par réaliser LE PANTALON !!!

pour le réaliser, j’ai utilisé un coupon de tissu en coton marron (il faut compter une longueur et demi de jambe pour avoir la longueur du coupon), des dentelles marrons que j’ai cousu le long des deux jambes et une fermeture éclair invisible. Mais il y a un petit plus ….. j’ai caché la couture intérieure des bas de pantalon par la couture de mes chutes de dentelles !

j’aime beaucoup cette réalisation, je trouve que ce pantalon a un petit côté toréador, pas vous ?

Une surjupe

20171220_181307Il me restait du coton huilé, une jupe en cuir, et une envie … une surjupe !

j’ai donc réalisé sur une base de rectangle une surjupe avec plusieurs pièces géométriques comme un patchwork. Pour que cette surjupe puisse être portée du 36 (comme ma grande puce) au 46 (comme pour moi) j’ai créé une double attache. De façon classique, il y a deux liens aux extrémités des rectangles et deux autres à 15/20 cm des premiers. Pour l’attacher, on croise les attaches, ce qui permet aussi pour les tailles fines de croiser la sujupe et pour les plus généreuses, de la porter dans croiser les pans supérieurs de la surjupe.

bien évidemment, la surjupe a été totalement doublée. Elle est à porter sur un jean ,, un pantalon large, un sarouel, … bref, une fois de plus , j’ai créé un vêtement « jouet » !

cette première surjupe est un prototype, alors si vous avez des suggestions à apporter …. je suis à l’écoute !

Le « diable de petit livre » …

je vous ai présenté un petit livre de couture réalisé par une certaine Mlle E. GRAND’HOMME en 1884.

20170425_073643Ce petit livre est vraiment fascinant pour comprendre comment réaliser sur mesure son propre patron de robe, de chemise ….. façon 1884 bien sûr !

petit livre fascinant mais diabolique ! un petit extrait pour vous rendre compte de la chose : « les angles du rectangles sont ABCD. De A vers B porter un tiers de la mesure justificative plus 4 cm et tracer une parallèle à BD, marquer B1D1 (les 4c m ajoutés au tiers de la mesure justificative seront employés à la confection d’une contre pince dont le contenu sera de 5CM) …. »

et bien sur, les explications d’une robe se portent de la même façon pour le demi devant, le demi dos, le petit coté et les manches !

ce qui est extraordinaire également, c’est que dans ce petit livre, on a les explications pour les tracés, mais rien sur la façon de monter le vêtement !

j’ai voulu me lancer dans la confection d’une robe, mais je suis prudente … avant de le faire pour moi, dans l’idée de me créer une autre tenue steampunk, j’ai voulu tester en plus petit, sur une poupée.

j’avoue m’être bien torturée l’esprit …. mais j’ai réussi !

bebe

j’ai donc réalisé une robe comme le petit livre l’indique et j’ai même rajouté un bonnet également fait sur mesure. j’ai posé des boutons sur tout le devant de la robe mais je doute que cela soit réellement ainsi que les robes se portaient ! pour ma future robe, il faudra que je fasse quelques recherches.

mais je suis très fiére de moi, j’ai réussi à faire un patron sur mesure à partir d’un livre de couture historique.

amis (es) couturier (éres), essayez vous aussi de relever ce petit défi de vous plonger dans les méthodes d’autrefois !