A quatre mains

Notre grande Puce est revenue à la maison pour quelques jours de vacances …. studieuses ….Elle m’a fait part de son envie d’un sac à dos pouvant se porter aussi en bandoulière et pouvant contenir son ordinateur, un porte-vue, … le tout avec plein de poches !

nous avons commencé par mesurer l’ordinateur et avons rajouté 4 cm à ces mesures pour être certaines qu’il y ai assez de place.

Nous avons dessiné un trapéze dont le haut mesurait donc la largeur de l’ordinateur + 4 cm + marges de coutures et dont le bas mesurait la premiére mesure + 6cm. Nous avons « sacrifié » une robe en lin pour créer à partir de ce patron l’extérieur du sac et avons taillé dans un autre tissu l’intérieur du sac.

après avoir créé sur l’une des pièces intérieures une poche avec fermeture éclair et sur l’autre deux poches non fermées, nous avons coupé du matelassage que nous avons inséré entre les parties intérieures et extérieures.

il y a 6 anneaux sur le sac pour pouvoir le porter à l’aide de mousquetons en bandoulière et en sac à dos. Les anneaux sont positionnés de part et d’autre du sac en bas, sur le coté haut et en haut du rabat.

le rabat est un petit morceau de tissu chiné en vide grenier, et il se ferme au sac grâce à une grosse pression.

pour donner du volume au sac, une couture à été faite à angle droit de la couture basse, à 3 cm de part et d’autre.

voici donc un joli sac de cours pratique, léger, solide et parfait pour un ordinateur en raison de son matelassage.

Nous avons mis deux heures à réfléchir au patron de base en fonction des besoins émis par Grande Puce, et 6h à le réaliser (il y eu quelques soucis techniques en raison de l’épaisseur à certains endroits.)

le cout de ce sac ……

fermeture éclair : 0, comme je récupère tout ….

bouton pression : 0

tissu de lin : 0 , c’est une robe recyclée

mousquetons et anneaux : 0, les mousquetons dormaient dans mes boites à mercerie et les anneaux ont gentiment été offerts par une amie

tissu « oiseaux » : coupon à trois euros …

donc coût du sac : 3 euros !

et un grand moment de complicité avec ma Grande Puce, et çà, çà n’a pas de prix.

 

 

Publicités