sous un soleil mexicain

20180203_171201L’une de mes amies a eu la gentillesse de m’offrir deux nappes à ourler en provenance du Mexique. Le motif est identique mais les couleurs différentes. Comme je n’ai pas besoin de nappes, j’ai gardé ces tissus pendant …. ouf ! au moins deux/trois ans ! et comme j’ai replongé dans mes trésors de tissus et de mercerie pour faire un peu de rangement et d’organisation, j’ai retrouvé ces coupons …. et j’ai ressorti mon patron magique préféré de Mac call de robe droite toute simple. Et j’ai donc réalisé deux chemises de nuit pour des nuits douces et ensoleillées !

Publicités

Une surjupe

20171220_181307Il me restait du coton huilé, une jupe en cuir, et une envie … une surjupe !

j’ai donc réalisé sur une base de rectangle une surjupe avec plusieurs pièces géométriques comme un patchwork. Pour que cette surjupe puisse être portée du 36 (comme ma grande puce) au 46 (comme pour moi) j’ai créé une double attache. De façon classique, il y a deux liens aux extrémités des rectangles et deux autres à 15/20 cm des premiers. Pour l’attacher, on croise les attaches, ce qui permet aussi pour les tailles fines de croiser la sujupe et pour les plus généreuses, de la porter dans croiser les pans supérieurs de la surjupe.

bien évidemment, la surjupe a été totalement doublée. Elle est à porter sur un jean ,, un pantalon large, un sarouel, … bref, une fois de plus , j’ai créé un vêtement « jouet » !

cette première surjupe est un prototype, alors si vous avez des suggestions à apporter …. je suis à l’écoute !

Robe du soir transformable

j’aime les robes droites simples et j’en ai fait plusieurs. Mais pour Noel, et autres soirées, j’ai eu envie de me faire une robe « pas comme les autres » à partir d’un patron de robe droite classique. Dans mon patron classique, la robe avait des parmentures, mais n’était pas doublée, avait une fermeture éclair dans le dos et je l’ai posé sur le coté, avait un col rond (moche) que j’ai retravaillé.

j’ai crée la doublure de robe dans sa partie basse dans un satin bleu et dans la partie haute à partir d’une robe en taille 36 faite dans un tissu doré. J’ai travaillé le col pour le rendre plus profond et je lui ai dessiné ces triangles sur les côtés. comme j’aime les lignes pures, j’ai placé la fermeture éclair non pas dans le dos mais sur le côté et , parce que je ne suis pas douée pour poser des fermetures invisibles à la machine, je l’ai cousue à la main (et là, elle est vraiment invisible !)

mais ce n’est pas tout !

j’ai eu envie de faire une surjupe asymétrique amovible et réversible. Je vous donne mon astuce pour la réaliser.  vous mesurez votre tour de taille + 3 cm pour la couture et vous calculez le rayon de votre cercle. Pour un tour de taille de 90 cm, le rayon sera de 14.45 cm

la longueur avant de la surjupe sera de 30 cm et à l’arrière, en fonction de votre taille environ 100 cm

prenez votre tissu, et sa doublure, endroit contre endroit et pliez le dans le sens avant vers l’arrière de la surjupe. Marquez les 31.5 cm de la longueur devant (en comptant la marge de couture) Puis notez au crayon de couturière le diamètre du cercle de votre taille (dans mon exemple 14.45*2), puis 101.5 cm pour la longueur arrière.  donc les 31.5 + 14.45*2+101.5 donnent le diamètre du « grand cercle » de notre surjupe. Pliez encore en deux et encore en deux de façon à obtenir un quart de note grand cercle de base. Prenez un ruban, une épingle et piquez le centre du grand cercle. Attachez à l’autre bout du ruban un crayon de couturière de façon à tracer à la façon d’un grand compas un arc de cercle. Coupez le surplus de tissu et ré ouvrez votre quart de cercle pour découvrir à nouveau la moitié de votre surjupe. A l’aide d’un compas, tracez l’emplacement de votre taille.

et en prend les ciseaux ! pour évider la taille, pour couper en deux l’avant de la surjupe. On monte une ceinture à l’intérieur et à l’extérieur et puis on rassemble le dessus et dessous de la surjupe. On fait des boutonnières sur la surjupe (4) et à l’aide d’une patte qui peut être d’une autre couleur, on pose 4 boutons. ET … voili voilou !

donc, ma robe du soir devient un jouet !!! je la porte avec ou sans la surjupe que je peux mettre d’un côté ou de l’autre ….

et je peux porter la surjupe avec autre chose .. un pantalon noir, un jean, une petite jupe ….

bon, présenter la robe alors que je porte des chaussons, c’est moyen moyen … mais avec des talons aiguilles !

 

 

 

 

 

 

 

Le « diable de petit livre » …

je vous ai présenté un petit livre de couture réalisé par une certaine Mlle E. GRAND’HOMME en 1884.

20170425_073643Ce petit livre est vraiment fascinant pour comprendre comment réaliser sur mesure son propre patron de robe, de chemise ….. façon 1884 bien sûr !

petit livre fascinant mais diabolique ! un petit extrait pour vous rendre compte de la chose : « les angles du rectangles sont ABCD. De A vers B porter un tiers de la mesure justificative plus 4 cm et tracer une parallèle à BD, marquer B1D1 (les 4c m ajoutés au tiers de la mesure justificative seront employés à la confection d’une contre pince dont le contenu sera de 5CM) …. »

et bien sur, les explications d’une robe se portent de la même façon pour le demi devant, le demi dos, le petit coté et les manches !

ce qui est extraordinaire également, c’est que dans ce petit livre, on a les explications pour les tracés, mais rien sur la façon de monter le vêtement !

j’ai voulu me lancer dans la confection d’une robe, mais je suis prudente … avant de le faire pour moi, dans l’idée de me créer une autre tenue steampunk, j’ai voulu tester en plus petit, sur une poupée.

j’avoue m’être bien torturée l’esprit …. mais j’ai réussi !

bebe

j’ai donc réalisé une robe comme le petit livre l’indique et j’ai même rajouté un bonnet également fait sur mesure. j’ai posé des boutons sur tout le devant de la robe mais je doute que cela soit réellement ainsi que les robes se portaient ! pour ma future robe, il faudra que je fasse quelques recherches.

mais je suis très fiére de moi, j’ai réussi à faire un patron sur mesure à partir d’un livre de couture historique.

amis (es) couturier (éres), essayez vous aussi de relever ce petit défi de vous plonger dans les méthodes d’autrefois !

 

 

ma robe « wax papillons »

quand je vous parle du wax, du vrai wax et de son élégance, je vous parle de ….

 

papillons

j’ai acheté ce coupon aux puces de couturières de Saint Félix, 3 euros et une fermeture éclair, 3 euros aussi ! donc pour 6 euros, j’ai une robe neuve en vrai wax hollandais. J’ai totalement craqué sur les papillons verts, leur délicatesse, le fonds moiré dans les jaunes et ocres …

le coupon acheté mesure « un pagne » , à savoir 1.10 M sur 3.20 M (il faut savoir qu’en Afrique, on ne mesure pas en mètres, pas en « pagne » !)

comme le tissu est coloré avec de gros motifs, j’ai cherché un patron de robe très simple. J’ai choisi un patron inspiré de la couture japonaise. Le haut de la robe est composé de deux morceaux, avec des pinces en bas du buste, deux manches, deux bas de manche et le bas est composé de deux pans, un devant et un dos. La fermeture éclair est posée sur le côté gauche de la robe.

ce wax a un motif figuratif très poétique. Mais il y en a tellement d’autres ! des figuratifs, de géométriques, des symboliques …. certes il existe des vrais wax avec des énormes motifs amusants : voitures, téléphones portables, …. et des couleurs vives. Mais nous sommes bien loin des simili tissus ethniques criards !

comment trouvez vous ma petite robe « papillon » ?

 

Les robes de Bichette

20170604_184022

20170605_155151

deux robes au style très différents … la première, dans les rouges, est une robe droite qui comporte 4 pièces (tissus de chez Mondial Tissu, il existe aussi en vert) : dos, devant, manches. De coupe très droite et simple, cette robe est un patron Mac Call. Le patron explique qu’en une heure, vous avez votre robe .. c’est vrai avec des tissus comme le coton, le lin, mais avec cette soie … non, ce n’et pas en une heure ! le tissu fluide m’a donné un peu de mal mais j’ai eu beaucoup de plaisir à jouer en faisant une ceinture japonaise.

la seconde robe est issue des patrons japonais (tissu de chez Mondial Tissu) et elle est en lin. Pas de difficultés majeures pour cette robe en 4 pièces (dos, devant, cols) mais un petit regret … elle est présentée sans parmentures de manches … ce que je trouve affreux et j’ai bien peur qu’en posant mes parmentures, avec cette forme très arrondie, je n’ai pas bien réussi.

ces robes sont destinées à Bichette, ma grande copine sympa et délirante. Elle voulait des robes originales, pour elle, rien que pour elle … on a fait un petit tour chez le marchand de tissus et voilà ! parée pour l’été !

et elle m’a même offert deux coupons de tissus japonais dans les roses ….. et je rajoute donc dans ma liste des projets …. une robe longue d’été avec sa veste assortie et une ceinture japonaise … très KAWAI !

il y a « couture » et « couture » !

20170425_073643

voici le diabolique petit livre de couture offert par mon amie Nadège. Oui, il est diabolique … pour les couturières d’aujourd’hui en tous cas !

quand nous voulons réaliser un vêtement, nous pouvons copier un vêtement existant (soit en le décousant, soit en prenant exactement les mesures et en les recopiant). Le plus souvent, on achète un patron de sa marque préférée, sur lequel tout est indiqué : tailles, mesures, montage, … et, en gros, « yapluka » couper le patron de soie, le reporter sur notre tissu et … ZOU, en avant la couture … facile !

mais là …. avec ce petit livre …. les vêtements sont faits sur mesure et avec des mesures que l’on a oublié (souvenons nous de la mesure « justificative » …), avec une construction très géométrique des patrons. Un devant de robe se dessine en rectangle ABCD, la mesure AB étant la longueur de la robe (buste + jupe), la mesure CD étant un tiers de la mesure justificative (noté C1D1) plus 56cm …. De plus, comme il s’agit d’un ouvrage de cours, et donc d’un support pour un professeur, les explications sont laconiques, concises et directes ….

Etant prudente et me doutant de possibles difficultés de compréhension des consignes données pour réaliser le patron sur mesure … je me suis lancée dans la confection d’une robe … pour une poupée ancienne.

j’ai donc pris toutes  les mesures de la poupée et j’ai commencé à tracer le patron. Et je me suis vite arrêtée !

certaines explications me sont totalement incompréhensibles et je tâtonne à interpréter ce que peut bien vouloir dire « la ligne F1D1 en juste parallèle », par exemple.

Oh, rassurons nous, je vais reprendre mon « petit livre » et je vais réussir à réaliser la robe de poupée. Il me suffit juste d’être au calme pendant quelques heures, devant mon papier kraft, ma calculette, mon équerre, mes crayons, mes règles et mes neurones !

bon, dans l’attente de ce grand moment (dont je ne manquerai pas de vous faire part ..) je retourne à mes sacs en cuir façon enveloppe, parce que ce patron là, çà y est, je le tiens, je l’ai créé, modifié, testé et approuvé !

comme quoi, il y a « couture » et « couture » !