Ma jeannette

JEANNETTE

Je vous ai déjà expliqué que le meilleur ami de la couturière était son fer à repasser. Et qui dit « fer » dit aussi « table à repasser ». Que vous la choisissiez large ou non, à molleton épais ou non, cela dépend de vos envies en terme de repassage et de tenue des matières. par contre, je vous livre deux astuces. La hauteur de la table est extrêmement importante. En effet, en fonction du réglage que vous allez choisir, vous plierez plus ou moins votre bras pour repasser et vous supporterez plus ou moins le poids du fer. Ma première astuce consiste à régler la table de façon à ce que  votre bras soit presque tendu devant vous. Vous constaterez que la table sera réglée presque à la hauteur de vos hanches. Cela vous permet de ne pas porter le poids du fer ni de trop plier le bras et donc de fatiguer. Et pour la seconde astuce, vous avez déjà la photo de ma jeannette !!! Une jeannette est ESSENTIELLE quand on coud. Les tables à repasser sont désormais vendues sans cet accessoire que l’on peut acheter à part. Et les jeannettes proposées ont des pieds articulés en métal donc sont peu stables. Les jeannettes servent à repasser les cols de chemise, les manches de chemises, les petits froufrous ….. et surtout quand on coud, elle permet de repasser les petites pièces fines. Je n’ai pas choisi les jeannettes modernes, instables, fabriquées en métal à la housse fine. J’ai préféré dénicher dans un Emmaus cette vieille jeannette en bois (pour 6 euros ….alors que les brocanteurs vous la propose pour 20/30 au bas mot !) Je l’ai déshabillée, nettoyée,cirée, rhabillée, remis un molleton propre et recouverte d’une chute de toile de lin ancien. L’intérêt d’avoir cette jeannette en bois est  que le bois absorbe l’humidité résiduelle du linge. De plus, son pied est large et assez lourd ce qui garanti sa stabilité.

alors, elle est belle ma jeannette, non ?

Publicités

avec une voile de bateau ….

sac voile

je n’ai pas été très active ces derniers temps sur le blog, … un peu de vacances, des étudiants à installer, … et aussi un peu de couture….. pour aider « mes » étudiants à se sentir bien dans leur petit logement, j’ai réalisé :

-un rideau à poches

-une housse de canapé

-une nappe dans les mêmes tons,

-des housses de coussins

-des taies d’oreillers

-des taies de traversin

et aussi .. ce petit panier à linge en voile de bateau !!!

la matière est lourde, difficile à piquer, mais facile à couper. J’ai donc fait des points assez espacés (en 4 au lieu de 2.5) et j’ai piqué tout doucement pour que l’aiguille pénètre bien la voile.

maintenant que j’ai bien travaillé pour mes « petits », je vais jouer les égoistes et penser aussi à tous mes projets de couture … une jupe en cravates, des doudous, une robe, une chemise, ……. à suivre

 

ORIGAMI, j’adore !

cube

j’ai une certaine fascination pour la culture japonaise (ah bon !!!! Vous ne l’aviez pas remarqué ????) et depuis que je cherche à créer des sacs originaux, facile à porter, amusants et élégants …une idée m’a travaillé l’esprit … le pliage de tissus pourrait être l’alliance parfaite entre mon envie de création et l’hommage à la culture japonaise. J’ai fait des sacs de poignet, inspiré de ceux des geishas, des sacs en rectangle plié, des pochons .. et là, j’ai dessiné ce sac bleu. Il est composé de deux tissus de 55X55 cm, cousus endroit contre endroit et retournés. Par un jeu de pliage, j’ai constitué une forme de cube, j’ai cousu de part et d’autre du pliage pour solidifier la forme du « cube ». Deux des pointes me servent à fermer le sac et les deux autres à poser une bandoulière.

je n’ai pas fait de poches intérieures puisque … j’en ai 4 à l’extérieur !

j’aime ce sac, son côté « cube », son faible volume apparent (c’est fou ce que l’on met dedans), le jeu de la doublure que l’on devine sans voir …. je crois que ce sera le premier d’une longue série …. de 20 pièces !

ah oui, je ne vous avais pas encore confié ce petit secret … quoi que je crée, je le fais 20 fois, maximum. Pourquoi ? mais parce que j’ai envie que chaque objet soit « unique » donc j’utilise mon patron vingt fois et je le déchire. Cela m’oblige à faire en sorte que chaque pièce soit belle. De plus, cela m’oblige à me renouveler souvent ; à créer tout le temps. Bref, je cultive ma fantaisie !

 

Mes sacs d’été

j’ai envie de travailler pour mes prochaines expositions des sacs originaux. Voici donc un petit échantillon en exposition chez Eiffer Maroquinerie pour montrer ce que je fais. A gauche, un sac en sachet de café, et à droite, un sac fait à partir d’un rectangle plié. Entre les deux, des petits pochons « chinois ». Pour réaliser ces sacs, vous trouverez facilement des tutoriels sur le net. Je me suis amusée à contraster les couleurs, en les opposant : vert et orange, violet et vert, .. et puis j’en ai fait quelques autres plus « classiques » comme jaune et marron, rouge et blanc.  j’ai utilisé des petits coupons en solde venant de ma mercière préférée de Chambéry « au chic » et des chutes de tissus que j’ai en stock, depuis ……….  des lustres … Vous voyez le petit violet en haut à droite … c’est la doublure de mon manteau « pénélope ». Et l’autre, le vert et rose, en bas à gauche .. le tissu vert vient des doubles rideaux de mes grands parents. Et celui du dessus, le orange ….. un de mes vieux pantalons ! Comme quoi, rien ne se perd …

d’ailleurs, les petits coupons en solde sont de 45X55 en dimension, et comme je travaille des carrés pour réaliser ces sacs, il me reste pour chaque sac une bande de10 par 45 … que je vais utiliser pour réaliser des doudous étiquettes …. j’ai un tissu recouvert de lapins qui me plait beaucoup et que je vais utiliser aussi .. à suivre donc !

pochon.jpg

« Chez Ced »

D’habitude, lorsque je vous parle d’un « coup de cœur », je vous parle musée, tissu, création et couture ….. et bien, là, je vais vous parler cuisine et restaurant. Samedi soir, pour fêter un anniversaire et la fête des pères, nous sommes allées en famille dans un nouveau restaurant de Rumilly, rue du Pont Neuf, « chez Ced ». ce jeune cuisinier qui a travaillé dans de grandes maisons, s’est installé il y a deux mois seulement pour ouvrir son restaurant de plats traditionnels.

la carte comporte six plats, tous cuisinés « maison » et tous savoureux, simples, délicieux. Chaque semaine la carte change et Ced ne travaille que des produits frais et locaux. Au menu nous avions ou entrecôte, ou tournedos ou onglet ou rognons ou andouillette ou foie de veau. Oser mettre à la carte trois viandes et trois abats peut paraitre risqué mais une fois que l’on a goûté à cette cuisine traditionnelle ….. il y a à la fois une redécouverte des saveurs et aussi la transmission du goût et de la passion.

Faites un tour chez Ced, au hasard d’un voyage, d’une visite … rencontrez ce jeune homme dynamique et amoureux de son métier … une rencontre vraie, un instant à part …

braderie des commerçants ! RAVIE !!!!

ce samedi était la braderie des commerçants de Rumilly. J’étais installée avec EIFFER MAROQUINERIE (faites un petit tour sur Facebook pour admirer ses créations). Toute la journée, j’ai fait de jolies rencontres avec des curieux, des clients, .. j’ai pu parler couture, teinture, créativité, soie, lin et jersey …. le bonheur total pour la couturière bidouilleuse que je suis !

et en plus, nous avions à côté de nous Michel, un guitariste plein de joie de vivre avec qui nous avons chanté, dansé, rit, ….

bref, une journée sous le signe de la bonne humeur, du partage, de la convivialité …. merci Fanny et ses sœurs, à Michel et sa guitare, et à toutes ces belles personnes avec qui j’ai partagé un sourire, un thé, une astuce … j’ai bien envie de revenir l’an prochain !

 

 

une jupe ou des cravates ????

cravates jupe.PNG

Ma créativité n’a qu’une seule limite …. celle de mon imagination ! après les sacs en cravates, après le tapis en cravates, voici ma jupe cravate … ou plutôt un prototype fait de 16 cravates ouvertes dont j’ai retiré le corps. Après les avoir surjetées et assemblées, j’ai fait une ceinture dans les chutes et posé une doublure. Une seconde version est en court …… si ce n’est pas de la récup’ çà, je ne sais pas ce que c’est !