avec une voile ….

voile

Mon père m’a offert une voile de son bateau, très usée, tachée de sel. Mais quand on récupère ….. on récupère tout. Comme je le dis souvent « si cela se coupe, si cela se pique … je peux le coudre » ! Je suis donc en train de créer des sacs 45*35 cm, totalement doublés avec deux poches intérieures, une extérieure. Mais, allez vous me dire, mariez de la toile de voile avec des tissus japonais, n’est ce pas trop salissant ?? et bien non ! la poche extérieure est composée de tissus japonais mais protégé par une feuille transparente côté extérieure et une chute de voile à l’intérieure. Cela me permet d’insérer des paillettes, des perles ….

qu’en pensez vous ?

 

Publicités

comme dans un film de bollywood

india

tous les tissus peuvent être support de créativité. J’ai eu en cadeau un sari indien, il y a des années. Ce vêtement traditionnel est une grande bande de tissu d’un mètre cinquante de hauteur sur 5 m de longueur. Il est enroulé autour de la taille une première fois, puis pour le second tour, on crée des plis sur le devant que l’on insère dans le premier tour de tissu et on rabat le pan sur l’épaule. Ce pan peut rester derrière soi et on peut l’utiliser pour se protéger les cheveux du vent, du soleil, …  mais porter un sari pour une européenne n’est pas évident. Comme ce tissu me plaisait beaucoup, j’ai choisi de m’en servir pour créer une tunique longue qui m’arrive aux genoux. j’ai orné le bas des manches et la parmenture d’une crêpe de soie noire. cela donne … comme un air de bollywood, non ?

De l’autruche !

enfin, presque, … c’est du simili offert par mon amie Fanny, maroquinière de talent. Recherchez ses créations, elles sont sublimes …. cherchez donc Eiffer sur le net.

je me suis amusée à créer ces petites pochettes

autruche

j’ai coupé des bandes rectangulaires de 20X14 CM. J’ai posé les fermetures éclair et refermé les côtés en insérant une languette et en prenant soin de positionner la fermeture à 4CM du haut de la pochette. J’ai retourné la pochette et fait une couture perpendiculaire au niveau de la base de la pochette pour créer du volume. et voilà, maintenant les sacs à main ne seront plus en « vrac » .. tout sera rangé !

 

Tout en douceur ….

Notre Petit Lapin est parti loin de la maison pour continuer ses études. Il a donc fallu emménager son appartement meublé et lui donner un peu de chaleur. J’ai donc œuvré pour créer un rideau à poches pour ranger des documents, un dessus de canapé, des dessus de chaises, une nappe dans un tissu à rayures dans les tons orangers. Cela donne une aspect lumineux à sn appartement. Et pour faire tout cela, ma machine à coudre a tout de même parcouru 1200KM !

alors, il est bien installé ou pas notre Petit Lapin ?

studio très cocon

souris.jpg

J’ai emménagé samedi notre Grande Puce dans son studio de future étudiante. Ce studio fait 19m2 et est très fonctionnel. Seulement, quand nous l’avons visité, le bureau était posé sur la gauche et le lit sur la droite ce qui donnait un aspect couloir et froid. J’ai modifié la disposition des meubles (surtout que Grand Puce a voulu prendre son piano et il fallait trouver de la place, donc le piano est sur le mur opposé au lit). Et j’ai surtout sorti ma machine à coudre et appliqué quelques astuces pour rendre son studio chaleureux.

Pour le lit / banquette, j’ai teint en noir un grand plaid à l’origine écru. J’ai fait des housses avec deux tissus jaune pour ses oreillers. J’ai tricoté un plaid en rangs raccourcis avec mes petits bouts de laine noirs, gris, blancs.

Pour la chaise de bureau, en plastique noir, j’ai ressorti de mes trésors de tissus un plaid vert.

enfin, le tapis gris à longue mèche …. Nous l’avons trouvé dans une déchetterie où il avait été jeté. Nous avons bien évidemment demandé la permission de le reprendre et les gestionnaires de la déchetterie ont même eu la gentillesse de le mettre dans la voiture. Une fois rentrées à la maison,  avec Grande Puce, nous avons étalé le tapis sur la terrasse. Nous l’avons nettoyé. Voici ma recette pour décrasser à fond un tapis (en synthétique) à  la provenance incertaine :

1/ verser deux ou trois seaux d’eau chaude sur le recto et le verso du tapis pour faire fondre les graisses éventuelles

2/ prendre un lave pont, de l’eau chaude avec du liquide vaisselle et frotter, frotter, frotter le recto et le verso

3/ rincer à grande eau

4/ frotter encore le tapis avec de la lessive, du jus de citron, quelques gouttes d’huile essentielle de lavande (cela sert à la fois à désinfecter le tapis et aussi à le parfumer)

5/ rincer à grande eau, très chaude, jusqu’à ce que l’eau soit bien claire sans produits lessiviels et laisser sécher recto/verso (avec les fortes chaleurs, cela n’a pas été bien compliqué)

6/ aspirer le tapis

Notre Grande Puce est donc maintenant prête pour la rentrée !

il ne reste qu’à emménager notre Petit Lapin dans son nouveau chez lui. Et je pars avec ma machine à coudre!

 

 

SOS T-shirt

Il était une fois un très grand T shirt américain, au moins du 5XL. Il a été offert à une femme qui s’habille en XS/S ….. et pour lui donner un look différent, elle a coupé le col …. bref, massacre aux ciseaux … mais elle adore le logo du T Shirt, donc …. SOS SOS SOS …. J’ai essayé dans un premier temps de retailler le vêtement en inversant le dos et le devant  avec une parmenture sur le devant et des bretelles …bon, je constate que cela ne peut pas fonctionner car le col a été coupé tellement large que je ne peux pas réaliser mon projet. Comme ma Grande Souris vient de ranger son armoire ….. j’ai l’idée de prendre un des t shirt dont elle ne veut plus pour retravailler le projet …. et voilà, . J’ai donc coupé droit le dos du T shirt gris et en forme d’arc de cercle le devant de façon à incruster le logo. J’ai constaté que les cotés du t shirt rouge étaient très abimés,avec de gros trous. J’ai donc recousu les plus petits et pour les plus gros dont la réparation se serait vue, j’ai posé une poche, comme un rappel de couleur du haut du t shirt. Qu’en pensez vous … sauvetage réussi ou pas ?

Ma jeannette

JEANNETTE

Je vous ai déjà expliqué que le meilleur ami de la couturière était son fer à repasser. Et qui dit « fer » dit aussi « table à repasser ». Que vous la choisissiez large ou non, à molleton épais ou non, cela dépend de vos envies en terme de repassage et de tenue des matières. par contre, je vous livre deux astuces. La hauteur de la table est extrêmement importante. En effet, en fonction du réglage que vous allez choisir, vous plierez plus ou moins votre bras pour repasser et vous supporterez plus ou moins le poids du fer. Ma première astuce consiste à régler la table de façon à ce que  votre bras soit presque tendu devant vous. Vous constaterez que la table sera réglée presque à la hauteur de vos hanches. Cela vous permet de ne pas porter le poids du fer ni de trop plier le bras et donc de fatiguer. Et pour la seconde astuce, vous avez déjà la photo de ma jeannette !!! Une jeannette est ESSENTIELLE quand on coud. Les tables à repasser sont désormais vendues sans cet accessoire que l’on peut acheter à part. Et les jeannettes proposées ont des pieds articulés en métal donc sont peu stables. Les jeannettes servent à repasser les cols de chemise, les manches de chemises, les petits froufrous ….. et surtout quand on coud, elle permet de repasser les petites pièces fines. Je n’ai pas choisi les jeannettes modernes, instables, fabriquées en métal à la housse fine. J’ai préféré dénicher dans un Emmaus cette vieille jeannette en bois (pour 6 euros ….alors que les brocanteurs vous la propose pour 20/30 au bas mot !) Je l’ai déshabillée, nettoyée,cirée, rhabillée, remis un molleton propre et recouverte d’une chute de toile de lin ancien. L’intérêt d’avoir cette jeannette en bois est  que le bois absorbe l’humidité résiduelle du linge. De plus, son pied est large et assez lourd ce qui garanti sa stabilité.

alors, elle est belle ma jeannette, non ?