du cuir … encore … mais pas que

sac pochettej’ai dessiné un autre modèle de sac « enveloppe » avec un rabat asymétrique. Le principe est un grand rectangle avec deux rabats latéraux pour réaliser l’épaisseur du sac. Je vais réaliser 3 ou 4 sacs de ce modèle et puis, comme mon stock de cuir s’épuise, je réaliserai ensuite des sacs en toile de jute avec des incrustation de petits bouts de cuir très colorés. Et quand je n’aurai plus de toile de jute, je ferai autre chose ! d’ailleurs en parlant de faire « autre chose », j’ai commencé à utilisé le film hydrosoluble pour associer mes petits bouts de tissus, mes chutes et faire des trousses en tissus recyclés, très « tissus et recup » !

mes prochains projets …. mes sacs en toile de jute, mes trousses en chutes de tissus et aussi, replonger dans le « diable de petit livre » pour réaliser un robe sur mesure façon 1900 en premier lieu pour une poupée, puis pour moi, ensuite me faire une robe en wax, une autre en tissu provençal …. et aussi tester un autre modèle de corset …. des projets, des projets, des projets ….

 

« Flower power » à fond les ballons !

Cet entête d’article est bien familier, certes, mais je vous explique pourquoi . Il était une fois trois couples d’amis : Petit Papoose et sa squaw, Bichette et Bichon, et bien évidemment, Froufrou et Grand Sachem. Et sur les 6 que nous sommes, 4 sont nés au mois de juin, donc … on va se faire un barbecue géant pour tous nos anniversaires, tous les six et juste parce que nous avons envie d’une soirée pas comme les autres, nous avons décidé d’un thème « Flower power, à fond les ballons » !

donc, nous devons avoir un total look à fleurs …. seulement voilà, Bichette n’a pas de vêtements à fleurs, donc, j’ai œuvré …..

tunique longue

j’ai créé une tunique longue toute simple avec des petites manchettes et comme j’avais peu de tissu, j’ai posé un biais blanc autour du col et non une parmenture. je n’avais pas assez de chutes pour faire un chapeau, mais j’ai fait une casquette et j’ai cousu un petit bouton blanc et vert en forme de fleur au dessus.

la tunique est tellement longue, qu’elle pourrait passer pour une robe courte !

et pour moi, me direz vous ?? j’avais déjà un « panta jupe » à fleurs et je me suis donc fait le haut et le chapeau assorti, … à suivre (et je vous laisse sur cette interrogation .. qu’est ce qu’un « panta jupe » ???)

 

 

 

 

J’ai pas le moral … mais …..

sac orange

… j’ai un nouveau sac !

comme dirait une de mes amies « je n’ai pas besoin d’une thérapie, j’ai juste besoin d’une machine à coudre » !

j’ai eu une baisse de moral la semaine passée (du boulot, beaucoup, … trois ados qui ont chacun un examen à passer, c’est trop,  … débordée, débordée, débordée …..). Bref, histoire de me changer les idées, j’ai décidé de passer un moment en tête à tête exclusif avec ma machine à coudre et mes cuirs. J’ai déniché tous mes cuirs, y compris les chutes, dans des déclinaisons de noir et d’orange (j’ai besoin de tonus, je vous dis !) et j’ai assemblé trois bandes de cuir composées de chutes les unes aux autres. j’ai créé un rectangle de 30 cm sur 60 cm, je l’ai plié en deux et à la pliure, j’ai prélevé un carré de 4 par 4 cm pour faire les coins bas du sac. J’ai tout assemblé, j’ai préparé une doublure dans les jaunes, j’ai coupé des triangles de cuirs pour coudre les anses solidement et j’ai créé un rabat noir que j’ai orné d’une forme de fleur faite dans des chutes de cuir.

la couleur « pique un peu les yeux » comme le dirait mes fils, mais j’avais besoin de luminosité.

et mon moral …. il va mieux, merci !!!

oh, oui, il va bien, surtout depuis que j ‘ai découvert à Rumilly, rue Charles de Gaulle, une nouvelle petite boutique magique … qui vend du cuir !

il s’agit de Eiffer Maroquinerie.

Allez faire un tour sur sa page Facebook, ou venez découvrir les merveilles sur little market …..

en plus, la jeune artiste est créative, adorable, à l’écoute …..

j’ai un vrai coup de cœur pour son talent.

 

 

 

Les puces des couturières … génial

Ce dimanche, avec ma fille et mon amie Nadège, nous avons arpenté les allées de la salle des fêtes de Saint Félix et avons profité pleinement des puces des couturières. Je suis repartie avec un wax magnifique dans les tons vert, des pinces pour fixer les cuirs, des bobines de fils ….. et grande puce a acheté quantité de petits bouts de tissus qu’elle s’est empressée de transformer en trousse, en porte carte, …. Nadège a fait le plein de tissus bleu, avec et sans motifs, des indigos, … Nous avons même fait la connaissance de l’organisatrice des puces et nous avons déjà réservé une table pour l’an prochain ! nous aussi, nous participerons pour proposer nos livres de coutures, nos tissus, nos accessoires de mercerie … Tous ces petites riens que l’on garde « au cas où » depuis des années et dont on ne fait pas grand chose et qui feront sans doute le bonheur d’autres couturières !

à l’occasion de ces puces, nous avons découvert une technique de couture pour réutiliser nos minuscules chutes de tissus : le film hydrosoluble !

il s’agit de positionner entre deux morceaux de film les chutes de tissu, les morceaux de fils, les petits restes dont on ne fait rien selon l’épaisseur qui nous convient. On coud ensuite selon nos envies, on fait fondre le film en trempant la pièce dans l’eau et une fois sèche on l’utilise comme un tissu classique. Je crois bien que cette technique va vite m’inspirer !

 

 

Ce dimanche, à Saint Félix …..

Saint Félix (74) est une mignonne petite commune connue, entres autres, pour sa fantastique brocante du mois d’aout. Mais ce dimanche 30 avril, dans sa salle des fêtes, ce sera « les puces des couturières » !

Des professionnels, des particuliers se retrouvent pour vendre, acheter, échanger tissus et accessoires de mercerie. A moi les boutons, les rubans, l’organza et la soie !!! et toutes les formes d’art textile seront représentées : broderie, patchwork, tricot, couture ….

et comme la couture est une passion, certes dévorante, mais surtout généreuse, j’aurai le plaisir de partager ce moment avec mon amie Nadège (elle est dingue de textile, créatrice, imaginative … avec un sens des matières et des couleurs fantastique), ma fille « Grande Puce », et aussi une amie de Nadège que je rencontrerai pour la première fois à cette occasion et qui a la particularité de créer, inventer et réaliser des corsets … parce qu’elle exerce un métier qui me fascine : corsetière.

Après une bonne visite aux « puces des couturières », il est prévu que nous partagions tous ensemble un grand barbecue …. je gage que nous parlerons couture et corsets !

 

 

 

il y a « couture » et « couture » !

20170425_073643

voici le diabolique petit livre de couture offert par mon amie Nadège. Oui, il est diabolique … pour les couturières d’aujourd’hui en tous cas !

quand nous voulons réaliser un vêtement, nous pouvons copier un vêtement existant (soit en le décousant, soit en prenant exactement les mesures et en les recopiant). Le plus souvent, on achète un patron de sa marque préférée, sur lequel tout est indiqué : tailles, mesures, montage, … et, en gros, « yapluka » couper le patron de soie, le reporter sur notre tissu et … ZOU, en avant la couture … facile !

mais là …. avec ce petit livre …. les vêtements sont faits sur mesure et avec des mesures que l’on a oublié (souvenons nous de la mesure « justificative » …), avec une construction très géométrique des patrons. Un devant de robe se dessine en rectangle ABCD, la mesure AB étant la longueur de la robe (buste + jupe), la mesure CD étant un tiers de la mesure justificative (noté C1D1) plus 56cm …. De plus, comme il s’agit d’un ouvrage de cours, et donc d’un support pour un professeur, les explications sont laconiques, concises et directes ….

Etant prudente et me doutant de possibles difficultés de compréhension des consignes données pour réaliser le patron sur mesure … je me suis lancée dans la confection d’une robe … pour une poupée ancienne.

j’ai donc pris toutes  les mesures de la poupée et j’ai commencé à tracer le patron. Et je me suis vite arrêtée !

certaines explications me sont totalement incompréhensibles et je tâtonne à interpréter ce que peut bien vouloir dire « la ligne F1D1 en juste parallèle », par exemple.

Oh, rassurons nous, je vais reprendre mon « petit livre » et je vais réussir à réaliser la robe de poupée. Il me suffit juste d’être au calme pendant quelques heures, devant mon papier kraft, ma calculette, mon équerre, mes crayons, mes règles et mes neurones !

bon, dans l’attente de ce grand moment (dont je ne manquerai pas de vous faire part ..) je retourne à mes sacs en cuir façon enveloppe, parce que ce patron là, çà y est, je le tiens, je l’ai créé, modifié, testé et approuvé !

comme quoi, il y a « couture » et « couture » !

 

 

Le sac de « Bijou »

non, il n’y a pas de faute dans le titre de mon article puisque Bijou est le surnom que j’ai donné à une de mes collègues (adorable, intelligente, …). Elle a la gentillesse d’apprécier mes créations et mes fantaisies. Depuis quelques temps, elle me disait « fais moi un sac .. fait moi un sac …. » alors juste pour elle, j’ai testé mon nouveau patron de sac en forme d’enveloppe et je lui ai même fait dans les chutes de cuir une pochette assortie. Ce patron comporte très peu de coutures cuir sur cuir car je pars d’un patron dont le principe est le pliage, comme un origami. J’ai totalement doublé le sac et la pochette et j’ai orné les bordures d’un biais. Ensuite, je mets le sac en volume en cousant à la main le biais. Certes, cela me prend beaucoup plus de temps que le précédent modèle, mais j’ai moins de difficultés au niveau de l’assemblage car je n’ai pas de fermeture éclair à poser et je ne demande pas à ma machine de coudre plusieurs épaisseurs de cuir !

sac bijou

vous aurez remarqué que pour faire ma photo, j’ai posé le sac et la pochette sur un patchwork de tissus japonais …. je l’adore !

alors, que pensez vous de mon nouveau modèle de sac ??