épisode 3 : le 4éme blanc est le bon !!!!

bien, petit résumé des trois épisodes précédents … Grand Sachem voit un superbe pantalon inspiré des Hakama .. il n’y a pas sa taille … je tente de créer le pantalon … trois essais, trois « échecs » : pas assez large, trop large, pas assez de hauteur de ceinture, …..

donc, hier, pendant que grand sachem était parti travailler, je reprends pour la quatrième fois mon patron de base et je recommence un autre blanc en faisant très très attention à plusieurs points de détails : les poches, l’écartement des 6 plis sur le devant et sur le dos, la hauteur de la ceinture, la longueur et largeur des jambes …

et quand grand sachem a essayé le pantalon !!! OUI  c’est le bon !

avec encore quelques modifications mineures à faire pour le « vrai » pantalon, comme mieux marquer les plis le long de la jambe afin d’éviter un effet « bouffant » trop important. Mon astuce sera de marquer chaque pli par une couture au plus prés des plis et cela facilitera le repassage.

il ne reste qu’à trouver le tissu, le fil, la fermeture éclair … Grand sachem aimerai que son pantalon soit de couleur camel, d’accord, mais pour les poches ??? je vais donc rechercher un tissu camel, en coton ou lin, non extensible et également un tissu japonais assorti …

et pour le corset de grande puce ?? et bien, il est fait et fera l’objet d’un autre article !

Publicités

épisode 2 : le pantalon sur mesure

bien, nous nous étions arrêté à la réalisation du premier « blanc » pour le pantalon hakama de Grand Sachem. Le pantalon était trop profond, les jambes pas assez larges, la ceinture pas assez haute et il n’avait qu’un seul pli au lieu de deux. Donc, …. j’ai repris le patron de base, abaissé de 5 cm le montant (mesure de l’entrejambe à la taille), élargi la ceinture et les jambes de pantalon en les faisant droites. Mais, car il y a un « mais », forcément … TROP LARGE !

second blanc … à refaire

et me voilà à rependre à nouveau mon patron papier pour modifier la largeur des jambes. Si le premier essai donnait des largeurs trop petites, le second trop de largeur …. bon, il n’y a plus qu’à essayer de faire un juste milieu.

verdict de Grand Sachem … encore trop large et les trois plis ne sont pas assez espacés ….

troisième blanc … à refaire

mais je ne désespère pas ! la hauteur du pantalon est bonne, les poches bien positionnées, la hauteur de la ceinture lui convient, la taille aussi. Donc, j’espére bien que le quatrième blanc sera le bon !

après tout, il me suffit de corriger le positionnement des plis et revoir la largeur du pantalon … je pourrais refaire la largeur comme pour le premier blanc en modifiant la profondeur des plis du bas. Il faudra juste que je m’assure que les tissus « tombent » bien …

et il n’y aura pas encore de photos cette fois ci … j’ai un souci de transfert d’images .. mais la prochaine fois, promis !

d’autant que je dois aussi faire un corset sur mesure pour ma grande puce qui va participer aux médiévales d’Andilly et me faire une robe d’été !

à suivre …..

 

épisode 1 : le pantalon sur mesure de Grand Sachem

J’ai envie de vous faire partager une aventure … celle de la réalisation d’un pantalon sur mesure pour homme. Je vous fais donc partager le début de cette saga.

Nous sommes allés en famille à la Japan Touch à Lyon . Au détour des allées, nous sommes tombés en admiration devant des pantalons de type hakama, pantalon japonais (mais si …. vous en avez déjà vu, Tom Cruise en portait dans le « dernier samouraï »). Je vous recommande d’aller voir le site de AIO CLOTHING, il y a des petites merveilles …..

Malheureusement, Grand Sachem étant « hors norme » … à mi chemin entre David Douillet et Lino Ventura, aucune taille ne lui correspondait. Germe alors dans mon esprit une envie un peu folle …. et si je lui réalisais ce fameux pantalon !

sitôt dit … presque cousu. Premiére étape, faire le patron du pantalon. Pour cela deux solutions, soit adapter un  patron existant, soit le créer totalement. Il est plus simple de créer un patron plutôt que de modifier un patron existant. Donc, j’ai sollicité mon amie Nadège qui m’a prété un petit trésor : un petit livre, du même type que mon « diable de petit livre » mais pour la couture des hommes !

je vous en donne donc la référence : la coupe à plat num 4, prêt à porter sur mesure pour hommes de Jacqueline Chiappetta aux éditions des presses du midi.

ce livre permet à partir de vos mesures de créer … TOUT : pantalons, chemises, blouson, vestes … tout devient possible. Et il y a mieux : c’est parfaitement bien expliqué et lisible !

j’ai donc construit mon patron de base et créé mon premier blanc que Grand Sachem a essayé. Nous l’avons critiqué ensemble … souci au niveau de la ceinture, souci sur les jambes, l’entrejambe ne convient pas … bref, un premier essai qui ressemble beaucoup au pantalon vu à la Japan Touch mais qui mérite d’être retravaillé.

à suivre (et la prochaine fois en images…)

Un grand sac de plage

 

sac jean plage

Les beaux jours reviennent et avec eux l’envie de farniente, de plage, de soleil ….. Et mon amie Bichette a une sœur qui ADORE les grands sacs de plage et la couleur bleue. Pour réaliser un grand sac de plage, j’ai dessiné sur du papier kraft un carré de 70*70 cm dans lequel j’ai prélevé deux carrés de 12*12 pour former le bas du sac. J’ai fait un patchwork avec des vieux morceaux de jeans en préservant les poches arrières pour réaliser les deux faces extérieures. J’ai utilisé un coupon de tissu provençal pour faire l’intérieur du sac et j’ai posé trois poches intérieures. J’ai posé les anses, réalisé une fermeture par des coulisses faites en ruban. Et voilà ! un joli sac prêt à servir.

 

Coup de cœur, le musée de Largorce

il y a un peu partout en France des petits trésors culturels. Le musée de Lagorce, en plein cœur de l’Ardèche en est un joli exemple. Niché dans un village magnifique, ce petit musée de deux salles présente les animaux produisant de la soie, de l’araignée au bombyx mori, et présente des »vrais » vers à soie et l’histoire de cette industrie locale aujourd’hui disparue.

si vos pas vous entrainent vers cette magnifique région, arrêtez vous à Lagorce et prenez le temps de discuter avec ses passionnés de la soie et de son histoire. Rencontrez ces personnes fantastiques qui sauront vous parler avec fascination de ce petit animal, le papillon bombyx mori, de son histoire, de sa croissance, de son élevage …

Je remercie les membres de ce musée qui ont su accueillir mes questions, mes curiosités et y répondre avec beaucoup d’attention. J’ai appris à cette occasion que notre petit vers à soie pouvait être tellement perturbé par la pollution qu’au lieu de faire un cocon bien ovale, il pouvait poser au sol toute sa soie en une sorte de « galette » de soie inutilisable pour le tissage. J’ai également appris qu’il existait des kit pédagogiques pour les écoles ou les particuliers désireux de faire grandir les vers et les voir tisser leur cocon … je pense d’ailleurs acheter un ce ces kits. Pour une trentaine d’euros, je pourrais « élever » Mes vers et les voir grandir et tisser leur cocon … je vous tiendrai au courant bien sur !!!!

et pendant ce temps, je continue à coudre !! mais je ne vous montrerai rien , c’est une surprise ! une de nos amies nous a convié à son anniversaire et il faut venir déguisé donc, …. je crée un déguisement pour Grand Sachem et un autre pour moi. Mais, comme cette amie suit mon blog et que je ne souhaite pas qu’elle sache en quoi nous serons déguisé … vous devrez attendre les photos !

rassurez vous, je vais bientôt me lancer dans d’autres projets …

 

des « essuies tout » réutilisables !

 

Grande Puce fait de plus en plus attention à l’environnement … et aux puces des couturières, nous sommes tombées en admiration devant des « essuie tout » réutilisables reliés les uns aux autres par des boutons pressions. Nous avons immédiatement apprécié cette idée de réutiliser de vieux tissus éponge pour les transformer en essuie tout.Bon, allez au boulot !!!

on prend des vieilles serviettes de bain que l’on coupe en 26 par 26. Du coton que l’on découpe de même taille. On coud endroit contre endroit en laissant un passage pour retourner le carré. On le repasse, on refait une couture pour bien fixer l’ensemble … et c’est tout !

je n’ai pas souhaité poser des boutons pressions pour mettre les tissus les uns au bout des autres car, même si cela permet de rouler les tissus, je trouve qu’à la longue cela serait fastidieux. J’ai préféré les poser dans une ancienne boite de panetone ! (je pense que je vais en faire en série … pour Noel !)

 

 

 

Les puces des couturières

ce dimanche 8 avril a lieu à Saint Félix, Haute Savoie, la nouvelle édition des « puces des couturières ». Exposition de trésors oubliés dans les tiroirs de mercerie, de boutons, de fermeture éclair, …. mais aussi de petites créations en tricot, couture, crochet …..

bien évidement, je serai présente. Je mettrai en vente mes tissus dont je ne veux plus, mes galons inutilisés … et aussi quelques sacs de mes précédentes collections. Je serai accompagnée d’une amie couturière.

nous serons heureuses de vous y accueillir, d’autant que les puces des couturières sont organisées au nom d’une bonne cause. Au plaisir de vous y voir !